Grève: pilotes, hôtesses et stewards ont déposé un préavis dès le 3 janvier 2020

Transport

Une réunion sur les retraites s’est déroulée lundi 23 décembre entre les syndicats des PNT, des PNC et le gouvernement. Les hôtesses et stewards veulent faire reconnaître leurs spécificités métier. Les pilotes demandent des garanties sur le départ à taux plein. (MAJ avec déclaration Yves Deshaies, président SNPL)

 

 

Les retours de vacances scolaires risquent d’être compliqués pour les passagers des compagnies aériennes françaises.  Les syndicats majoritaires SNPL France Alpa pour les pilotes et SNPNC pour les hôtesses et stewards ont déposé un préavis de grève à partir du 3 janvier 2020. Comme d’autres professions, ils veulent conserver dans la réforme des retraites à venir leur régime spécial. Et notamment leur « complémentaire par répartition » indique le SNPL.

 

Les hôtesses de l’air et stewards du SNPNC annoncent être prêts à rentrer « dans un conflit dur et long ». « Sans un retour positif à (ses) demandes », le syndicat appelle d’ailleurs ses adhérents et « l’ensemble des syndicats PNC » à une grève du 3 au 6 janvier. Du côté du SNPL, le message est sans ambiguïté : » Nos interlocuteurs ont clairement compris qu’ils sont proches d’un conflit majeur avec les pilotes. »

 

A l’issue de la réunion du 23 décembre avec Jean-Baptiste Djebbari, secrétaire d’Etat aux Transports, et Laurent Pietraszewski, secrétaire d’Etat en charge des Retraites, Yves Deshaies, président du SNPL France Alpa s’est exprimé sur BFMTV. Il a déclaré que « le préavis a un petit peu fait bouger les lignes avec un gouvernement qui nous a écoutés et même entendus sur certains points ». Pour autant le patron des pilotes n’a pas encore annoncé la fin du préavis. « Il faut consulter les instances » et évaluer, chiffrer les propositions qui ont été faites.

 

Que veulent-ils?

Ces professions disposent aujourd’hui d’une caisse de retraite complémentaire autonome et autofinancée (CRPN). Ils veulent la conserver. La bascule de ce régime dans le régime universel (à points) voulu par le gouvernement aurait « comme conséquence principale une baisse de 40% de nos pensions et un temps de travail allongé » argue le SNPNC. Pour le SNPL, les revendications principales portent sur le maintien de la CRPN et « l’âge minimum de départ à la retraite et de taux plein pour les pilotes ». Les hôtesses de l’air et stewards craignent, entre autres, que la pénibilité de leur métier ne soit pas prise en compte pour des départs en retraite anticipés (horaires décalés permanents avec perturbation du rythme circadien, variations de pression atmosphérique, manipulation de charges lourdes, etc.).

 

Dans le cadre des consultations du gouvernement sur son projet de réforme des retraites, les syndicats des PNT ont été reçus le 16 décembre et ceux des PNC le 18 décembre.

-
Publié par Myriam Abergel

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.

Vos réactions (5)

  1. Faut arrêter de prendre les gens pour des imbéciles. On ne rentre pas comme hôtesse de l’air comme on devient hôtesse de caisse par obligation dans un supermarché. Le déclage horaire est contraignant c’est certain mais qu’on ne me dise pas que c’est un métier pénible ! Sinon fallait faire autre chose. Infirmière de nuit oui c est pénible et mal payé ! Boulanger idem mais pas le personnel des cie aériennes. Ou alors fallait faire autre chose ! Ces gens aussi sont déconnectés de la réalité! Ca suffit

    1. Encore un qui ne connaît rien à notre métier… et notre caisse nous l avons entièrement financé par NOS cotisations
      Le braquage n est pas envisageable

  2. les pn cotisent comme tout le monde à la sécu, mais se sont aussi bâti une complémentaire, sans un sous du contribuable ou de l’Etat.
    La récupérer aujourd’hui serait tout simplement du vol!

  3. En date du 27 décembre, la COR s’est engagée sur le maintien pour les personnels navigants d’un régime complémentaire légal et obligatoire géré par la caisse de retraite du personnel navigant, la CRPN. Le SNPL a donc levé son préavis de grève prévu le 3 janvier.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *