Guerre des prix dans le ciel de l’Europe de l’Est

Transport

L’offre pléthorique pourrait entraîner une concurrence tarifaire acharnée.
Les low cost de l’Est préparent leur arrivée en France à partir du 1er mai.
Les ventes du Ceto sur l’Europe de l’Est ont progressé de 14 % en 2003.
Alors que l’Union européenne va passer à 25 membres le 1er mai prochain avec l’arrivée de la Pologne, la Slovénie, la Hongrie, la République tchèque, la Slovaquie, la Lituanie, la Lettonie, l’Estonie, Chypre et Malte, le risque de guerre des prix entre les compagnies aériennes n’est pas à exclure. “Une offre pléthorique pourrait entraîner une baisse de la recette unitaire et une grosse concurrence tarifaire”, indiquait mercredi Régis Hellot, responsable du pôle transports au cabinet de consultant Bipe, lors du séminaire de la direction des transports aériens (à la DGAC) qui avait pour thème “l’élargissement de l’Union européenne”. “Peut-être que l’offre a anticipé la demande”, soulignait-il, même si tous les orateurs rappelaient que c’est en Europe de l’est que le marché se développera le plus vite. Mais la capacité aérienne entre les pays membres et les futurs entrants est en train de croître fortement en raison notamment des compagnies low cost. Leurs bas tarifs sont en effet taillés sur mesure aux populations de l’Est dont le PNB par habitant est inférieur au nôtre comme l’expliquait Dominique Patry, directeur des affaires internationales et des alliances d’Air France. Ainsi, à côté de Sky Europe qui assure des vols entre Paris, Budapest et Bratislava, Air Polonia, Getjet, (Pologne), Wizz Air (Hongrie) et Smart Wings (Tchéquie) préparent leur arrivée en France en mai, sachant que les low cost occidentales ne resteront pas dans les starting-blocks. Ces compagnies vont bouleverser le marché alors que la demande sera supérieure du côté de l’Ouest à celle de l’Est le temps du rattrapage économique de ces pays. Selon Régis Hellot, le trafic affaires va se développer mais “modérément”. “La demande affaires existe déjà car les investissements à l’Est ont déjà été fait. En revanche, la clientèle loisirs est amenée à croître plus fortement, liée notamment au développement des low cost. “La vente de forfaits des membres du Ceto sur l’Europe de l’Est a progressé de 14% en 2003 même si les volumes sont faibles”, explique Hélène Abraham, directrice transports du groupe Club Med/Jet tours. Elle reste convaincue que l’élargissement de l’Europe va “fournir des opportunités pour élargir les brochures séjours et week-ends de Jet tours”.
Alliances : Skyteam à la poursuite de Star Alliance à l’est
A côté des low cost, les alliances seront les grandes gagnantes de la bataille de l’Est. Mais la lutte se limite à Star Alliance et Skyteam, Oneworld étant peu présente dans la région. Star est prépondérante avec plus de 33% de la capacité entre l’Europe et les pays de l’Est, contre 20% pour Skyteam et 8% pour Oneworld. “Star Alliance a le poids le plus important et les positions les plus centrales avec des hubs situés un peu partout dans la région”, indique un expert du Bipe. Pour riposter, Air France compte jouer les synergies avec les membres de Skyteam (CSA qui pourrait un jour entrer dans le holding AF-KLM, et avec KLM dès juin). Mais aussi proposer à des compagnies de devenir associées de l’alliance comme Malev, Air Malta et Cyprus Airways (et peut-être un jour la roumaine Tarom). Enfin, des accords sur des lignes bien précises existantes avec Adria, Croatia Airlines et Estonian pourraient s’étendre à Lituanian et Jat.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *