Hop! : les relation se réchauffent entre pilotes et direction

Transport
hop!
Hop! fait face à un grave problème de sous-effectif

Le dialogue a repris dans un climat « constructif » entre Hop! et ses pilotes, pour permettre à ceux qui ont gagné leur ticket d’entrée à Air France de le faire sans déstabiliser cette filiale du groupe, a indiqué vendredi à l’AFP le syndicat SNPL Hop!.

Une réunion entre les deux parties a eu lieu jeudi. « La direction a fait une proposition d’accord qui n’est pas satisfaisante en l’état, elle doit nous faire une autre proposition ». Mais « l’état d’esprit est différent, plus apaisé, plus constructif », a commenté Armand Simon, porte-parole du syndicat. « Des négociations sont en cours », a simplement indiqué à l’AFP l’entreprise, qui n’a pas souhaité, à ce stade, en dire plus. Hop! cherche depuis plusieurs mois à retarder le départ de dizaines de ses pilotes ayant réussi le tests d’entrée à Air France car faute d’effectifs suffisants, elle doit déjà affréter chaque jour des avions auprès d’autres compagnies, quand elle ne doit pas annuler des vols.

 

A ce jour, 140 personnes ont réussi les tests. Le représentant du SNPL Hop! a précisé avoir « demandé des garanties sur une embauche (par Air France) avant la date butée, qui devrait être au 31 octobre 2019, et une augmentation des cadences de départs ». « Si on arrive à un accord qui nous parait satisfaisant, on le proposera aux pilotes concernés », a-t-il ajouté, en leur demandant de choisir entre ce projet, et celui également en discussion entre Air France et le SNPL Air France, voire « un mix des deux ».

 

Le SNPL Air France réclame une indemnité pour les pilotes de Hop! qui retarderaient leur départ. Par ailleurs, sur l’épineux sujet du projet de convention d’entreprise unique en discussion depuis plusieurs mois chez Hop!, qui a mis en grève les pilotes en juillet, « on sent aussi une reprise du dialogue, la direction semble vouloir une solution négociée », selon Armand Simon. A ce sujet, une réunion avec la direction est programmée le 7 septembre pour discuter « d’une éventuelle reprise des négociations ». Profondément désorganisée par la fusion des anciennes compagnies régionales dont elle est issue, Hop! veut harmoniser les conditions de travail et de rémunération des salariés issus des anciennes compagnies Regional, Brit’air et Airlinair, fusionnées en 2016. Un accord reste à trouver avec les pilotes.

 

Publié par la rédaction avec l'AFP
Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *