Iberia lance sa riposte contre Air France

Biquotien sur Valladolid et vols non-stop sur Vigo.
En moins d’un an, AF a ouvert ces deux lignes « affaires ».
Ajout d’un deuxième vol par jour entre Orly et Valence.
L’ouverture fin juin de la ligne Paris (Roissy)-Vigo par la filiale d’Air France Régional, moins d’un an après celle de Paris (Orly)-Valladolid, a provoqué la réponse d’Iberia qui modifie son programme de vols à partir du 6 septembre prochain. Alors que ces deux destinations « affaires » -Renault ayant une unité de production à Valladolid, Peugeot à Vigo-, sont desservies par le même vol quotidien au départ de Paris, la compagnie espagnole dissocie les deux vols tout en ajoutant une deuxième fréquence quotidienne sur Valladolid au départ d’Orly ouest. Vigo sera, elle, desservie au départ de Roissy par sa filiale régionale Air Nostrum. Une riposte à Air France ? « Si l’on veut mais il y a aussi une réalité économique », explique Jean-Pierre Sauvage, directeur général France d’Iberia. Chez Air France, Thierry Jolaine, chef de produit Europe, se dit satisfait des résultats de Valladolid et Vigo. « Nous avons plus de 50 % du marché entre Paris et Valladolid (…), et les débuts sont très bons sur Vigo même si nous n’avons pas assez de recul. » Les modifications d’Iberia ne se limitent pas à ces deux lignes. Alors que le vol quotidien sur Alicante sera transféré d’Orly à Roissy, le transporteur espagnol ajoute une deuxième fréquence quotidienne entre Orly (ouest) et Valence, deux mois après l’ouverture de la ligne (au départ de CDG3) par la low cost espagnole Vueling. Une concurrence qui n’émeut pas Jean-Pierre Sauvage. « Nous enregistrons une croissance à deux chiffres sur Valence », indique-t-il. Ce nouveau programme intervient alors que les engagements sont bons pour septembre et octobre tant chez Iberia que chez Air France après un été en repli. Toutes compagnies confondues, le BSP sur l’Espagne a chuté de 10 % en juillet par rapport à juillet 2003 selon la compagnie française. Le trafic touristique est à la baisse. « La demande est en net repli chez les TO », indique Jean-Pierre Sauvage, en précisant que « les ventes réalisées sur Internet ont explosé ».

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *