La Compagnie veut rassurer et mise tout sur Paris

Transport

En réaction au Brexit, La Compagnie a décidé de se retirer du marché britannique. Parallèlement, les bons résultats enregistrés au départ de Paris incitent l’équipe dirigeante à y monter en puissance en y positionnant l’appareil utilisé jusqu’ici au départ de Londres.L’annonce, il y a quelques semaines, de l’arrêt des opérations de La Compagnie –transporteur français 100% classe affaires – entre Londres et New York, pour cause de Brexit, mais alors que les remplissages annoncés sont bons (77%), soulève quelques interrogations. Pourquoi cette décision alors que d’éventuelles conséquences du Brexit sur l’activité de transporteur aérien, et notamment une éventuelle sortie du Royaume-Uni de l’accord de ciel ouvert transatlantique, ne se feront pas sentir avant au moins 2 ans? Pourquoi se retirer d’un business qui semble fonctionner ? Eh bien la réponse que donne le président fondateur de La Compagnie, Frantz Yvelin, tient en un mot : "incertitud"e. Avec un prix moyen inférieur à celui de Paris et une typologie de clientèle beaucoup plus loisir, la route de Londres nécessiterait en effet que le transporteur y réalise des investissements significatifs pendant encore plusieurs mois. A ce stade, le jeu n'en vaut pas la chandelle pour l’équipe dirigeante. D’autant plus que Paris, avec 85% de taux de remplissage moyen, arrive à maturité plus rapidement que prévu et qu’il est temps d’y monter en puissance. Le B757 utilisé à Londres va donc trouver un emploi au départ de CDG. Pour autant La Compagnie ne va pas augmenter directement de 100% son offre au départ de France. La montée en charge se fera progressivement en passant dans un premier temps de 7 à 9 vols par semaine. Une augmentation de fréquence qui devrait être perçue de façon positive par la clientèle affaires. A compter du samedi 22 octobre La Compagnie opérera donc en quotidien toute la semaine au départ de Paris, avec 2 vols par jour les vendredis et dimanches. La deuxième coque positionnée à Paris ne sera donc pas tout de suite utilisée à 100% sur CDG – New York. De quoi s’en servir pour participer à des opérations ponctuelles et spécifiques.

Publié par Mathieu Garcia

Journaliste - Rubrique Transport - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *