La FNAM condamne fermement l’appel à la grève des pilotes

Transport

La Fnam, principale organisation professionnelle du transport aérien français, regroupant tous les acteurs de la chaîne du transport, condamne avec la plus grande fermeté ce nouvel appel à la grève du SNPL, du 3 au 30 mai. Les motifs, précise la Fnam, qui ont alimenté cet appel relèvent "pour l’essentiel de la puissance publique, mais, pour autant, ce sont les entreprises qui vont supporter les conséquences économiques de ce mouvement". De plus, "l’appel fait à tous les pilotes des compagnies aériennes françaises basées en France à participer à ce nouveau mouvement social de quelques heures par jour va, dans la pratique, provoquer une désorganisation importante de leur réseau, perturber considérablement les clients et susciter l’incompréhension général"e. Dans un environnement économique particulièrement difficile, il est d'importance de rappeler "que le secteur, déjà très ébranlé par la crise et de plus en plus exposé à la concurrence internationale, pas toujours loyale, se bat pour maintenir et pérenniser l’emploi et reconquérir ses clients". Comme on le sait, "le pavillon français ne cesse de perdre des parts de marché, la Fnam s’insurge fortement contre ce nouveau mouvement social qui pénalise essentiellement et une fois de plus les compagnies aériennes françaises et leurs passager"s. Si cette grève d’une durée exceptionnelle d’un mois est maintenue, "elle portera, une fois de plus, un gros préjudice aux entreprises françaises, et à elles seules, alors même que, dans un contexte de concurrence exacerbée, après des années d’efforts d’adaptation, elles sont encore très fragiles en termes de compétitivité. La concurrence appréciera l’aide ainsi apportée. La Fnam "qui ne cesse d’intervenir pour sensibiliser les pouvoirs publics sur la situation très préoccupante du transport aérien considère que ce mouvement ne peut que ternir l’image du secteur et réduire à néant les efforts menés par les compagnies aériennes françaises, et, surtout, par leurs salariés".

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.

Vos réactions (3)

  1. La FNAM trop bien élevée est bien trop courtoisement écoutée.
    Mais qu’est-ce qui change.
    Fabius nous ressort le même constat qu’en 90 : il faut améliorer la qualité de l’accueil.
    Depuis nous sommes passés des démarches d’amélioration de la qualité participatives à des Plans qualité qui imposent des Référentiels bouffis = peu de changement dans le plaisir du client. Seuls l’élu et le directeur sont rassurés, “on a la marque” !
    Cette grève devrait être attaquée pour entrave à l’exercice du travail de millions de personnes : des vilains chauffeurs de taxi à l’entrée d’une Grotte qui a fait l’effort de se regrouper avec ses concurrents pour engager une démarche de commercialisation, de qualité de services, de respect de l’environnement et d’évolution des offres pour accueillir enfants, étrangers et groupes dans les meilleures conditions possibles.
    Entre les deux : loueurs de voitures, hôteliers, hébergeurs, restaurants, transports, commerces, Musées, expositions tout y passe, ils sont otages de quelques aristocrates d’un métier en voie de démocratisation dans tous les pays du monde.
    Qu’ils cessent.
    Qu’on les accuse d’abus de position dominante,
    Qu’ils remboursent les pertes infligées.
    On met bien en prison un voleur de chinois à Paris.
    On condamne des entreprises lorsqu’elles bloquent l’accès d’autres au marché.
    Au même cause les mêmes effets.
    ARRETONS LE POLITIQUE MENT CORRECT

  2. la FNAM c’est hôpital qui se fout de la charité ,il y a quelques mois son président se plaint à juste titre de la concurrence déloyale des low cost et des compagnies charters d’europe de l’est , ce qui pénalise des boites comme EAP ,XL aigle azur . Des taxes sur l’aérien .
    Alors que le snpl appel a revoir les taxes ,chirac et les conditions de concurrence entre les low cost et compagnies française .

    1. Expliquez-nous quelle est la nécessité de faire grève pour faire changer le montant des (dites) taxes et autres prélèvements qui dépendent du gouvernement ?
      C’est précisément vos grèves qui ont incité les professionnels et les voyageurs à choisir des transporteurs plus « réguliers », et, de plus, moins coûteux.
      La grève pèse sur toutes les professions en amont et en aval du transport aérien, sur l’économie en général et – ce qui est le plus immédiatement, visible – sur la qualité de vie au travail de tous les professionnels qui vous apportent ou contribuent régulièrement à votre raison d’être et à votre subsistance particulière grasse.
      Et pas du tout sur les « responsables »
      Les responsables d’un mouvement inique qui ne VOUS coûte rien c’est vous-mêmes.
      Il est parfaitement normal que vous soyez obligés de vous déclarer grévistes au moins 48h à l’avance, et 48h, c’est même bien trop peu, ce devrait être une semaine, à votre niveau de capacité de nuisance.

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *