La reine des paparazzi a-t-elle les clés d’Amadeus?

Transport

« Mimi », ouvrage consacré à Mimi Marchand, papesse de la presse people et proche de l’Elysée, sera dans toutes les librairies mercredi 17 octobre. Si la proximité du personnage avec les cercles du pouvoir tout comme sa vie haute en couleur excitent la curiosité, une toute autre information, croisée au détour des bonnes feuilles de l’ouvrage, pose également question.

 

Il est pour le moins inattendu d’entendre parler d’entreprises comme Air France et plus encore Amadeus, habituées des colonnes de la presse économique et technologique, dans un ouvrage consacré à l’univers de la presse people. Mimi Marchand affirmerait en effet posséder des codes Amadeus lui permettant d’accéder aux listings passagers des vols Air France. Ce qui, convenons-en, faciliterait grandement la traque « aéroportée » des célébrités, mais ferait mauvais effet du point de vue de la confidentialité et de la protection des données personnelles.

 

Du côté d’Amadeus et d’Air France, pour le moment l’heure est à l’ouverture prudente des parapluies.

La compagnie tricolore indique que « Air France accorde une importance majeure aux données de ses clients et, à ce titre, prend toutes les mesures techniques et organisationnelles nécessaires à leur protection » et que « les systèmes de réservations sont protégés par des contrôles d’accès et des procédures d’habilitation nominatives strictes. Seuls les agents commerciaux et personnels Air France dûment autorisés y ont accès aux seules fins de leur mission ». La compagnie « prendra les dispositions nécessaires dès qu’elle aura pris connaissance des éléments la concernant dans le livre ‘Mimi’ qui à ce jour n’est pas encore publié ».

 

Amadeus affiche la même prudence circonstanciée et penche plus pour des indélicatesses commises en interne que pour un piratage généralisé : « Nous examinons de près cette question mais d’après le peu d’informations en notre possession, il semblerait que les activités décrites ne résultent en aucun cas d’un piratage informatique ni d’une faille de données mais plutôt d’une utilisation abusive du système par une ou plusieurs personnes ayant un accès légitime au système et étant habilitée à l’utiliser ».

 

 

 

 

Publié par Mathieu Garcia

Journaliste - Rubrique Transport - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *