La SNCF joue sur les prix pour gagner contre l’aérien

La SNCF lance des Prem’s à 20 E sur Marseille pour augmenter ses parts de marché qui stagnent.
500 000 billets à « Prix fous » à 15 E sur 150 destinations et 100 000 week-ends à prix cassés cet hiver.
Les résultats d’activité des agences de voyages au-dessus des objectifs du transporteur à la fin août.
Nouvel épisode dans la bataille du rail et de l’aérien. A l’occasion de son bilan été (voir ci-contre), la SNCF vient de sortir une nouvelle batterie de promotions et d’opérations spéciales afin de grignoter toujours plus de parts de marchés à l’aérien, notamment sur Marseille. « C’est un lieu très concurrentiel où gagner un point de part de marché engendre de gros déplacements de volume de clientèle », rappelle Franck Bernard, directeur TGV France. Sur cette ligne, la SNCF revendique une hausse de trafic pour cet été de 4 %, ainsi que sur Montpellier. En revanche, sa part de marché ne parvient plus à augmenter (62 %), la clientèle affaires restant toujours fidèle à l’aérien, peut-être attirée par les services spéciaux, comme les réductions et gratuités accordées aux « voyageurs fréquents ». Mais pour cet automne, la SNCF préfère jouer sur les prix plutôt que sur les services, avec des opérations tarifaires spectaculaires. Ainsi, toujours sur Marseille, 2 000 billets Prem’s à 20 E (contre 25 E habituellement) sont disponibles chaque semaine jusqu’à la fin novembre. De plus, les offres Prem’s seront élargies à la 1re classe à partir du 12 décembre, au prochain service d’hiver. Par ailleurs, la SNCF va lancer une « grande braderie, appelée les 15 jours fous », selon Mireille Faugères, directrice voyages France Europe, entre le 5 et le 20 novembre avec 500 000 billets à 15 E sur 150 destinations TGV et Corail accessibles en 2 h-2 h 30. Enfin, le transporteur va mettre sur le marché 100 000 A/R 2e classe à 39 E en Corail, 49 E en TGV, 69 E en couchette, pour des week-ends entre Toussaint et Noël.
Le marché train loisirs n’est décidément pas le segment le plus rémunérateur des agences de voyages. Dès que la clientèle affaires met son short et ses tongs, l’activité train des agences baisse significativement. Alors qu’elle culminait à + 23 % en juin, Mireille Faugères explique que « le mois de juillet n’a pas été bon mais août a été meilleur, si bien que le CA train généré par les agences cet été a crû de 2,5 % ». Ce tassement ne doit toutefois pas faire oublier les bons scores de la distribution depuis janvier : « Fin août, la croissance cumulée depuis le début de l’année est de 11 % », s’enthousiasme la directrice Voyages France-Europe. « Ce résultat, tiré par de bonnes ventes de billets 1re classe et Eurostar, dépasse actuellement nos objectifs. » En dépit des malentendus, persistant malgré tout, sur les facilités de circulation des agents, la profession doit s’attendre à « des annonces pour les agents de voyages à Top Résa ».

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *