Le BSP de décembre 2003 d’Air Littoral bloqué

Transport

Les billets émis et non volés protégés en cas d’arrêt.
Des agences n’ont pas émis de billets au-delà du 15/01.
Elles ne veulent pas risquer d’avoir des clients bloqués.
Alors que le tribunal de commerce de Montpellier doit se prononcer aujourd’hui sur la reprise d’Air Littoral – sachant qu’il peut mettre sa réponse en délibéré ultérieurement (ce soir ou un autre jour) –, le Snav, Iata et la compagnie ont renouvelé le protocole d’accord, prévoyant la consignation partielle du montant des ventes de décembre 2003 au BSP de janvier 2004, afin qu’agences et clients soient protégés pour les billets émis et non volés. Si du côté d’Air Littoral on se dit confiant sur une reprise, les agences interrogées font preuve de pragmatisme. « Nous n’avons émis aucun billet pour un voyage après le 15 janvier. Nous avons fait des doubles réservations à la fois sur Air Littoral et sur d’autres compagnies », explique un agent de voyages niçois, qui espère que la compagnie va s’en sortir car elle est incontournable sur certaines lignes intérieures. Même si une partie des sommes est bloquée au BSP, cet agent n’a pas pris la responsabilité d’émettre car, dit-il, « les procédures sont longues avant d’être remboursé et si tout s’arrête, nos passagers se retrouvent bloqués ». Un autre agent a décelé dans les GDS un point qui redonne confiance. « Mardi, le tarif accessible à D-14 a été réintroduit, alors que ces derniers temps il était vendu jusqu’à quasiment le jour du départ car personne ne prenait le risque de réserver 14 jours avant. » Espérons.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *