Le groupe italien Volare a besoin d’argent frais

Le transport aérien italien est en piteux état. Si la compagnie nationale Alitalia se débat pour ne pas disparaître, ses concurrents ne sont pas mieux lotis. Le groupe Volare, qui coiffe les compagnies aériennes Air Europe et Volare Airlines et s’est lancé l’an dernier sur le bas tarif sous la marque Volareweb, a annoncé avoir besoin de 90 millions d’euros d’ici à 2005, dont 30 millions d’euros sous la forme d’un crédit-relais d’ici à 30 jours. Ce crédit est nécessaire en attendant la mise en place d’une augmentation de capital de 60 millions d’euros. Ce qui serait la deuxième opération de ce genre puisque le groupe Volare a procédé à une première augmentation de capital de 80 millions d’euros en début d’année. Par voix de communiqué de presse, le groupe indiquait alors que les fonds avaient été déposés le 9 mars 2004. Le PDG de Volare, Mauro Gambaro, se veut néanmoins serein. « D’un point de vue industriel, la compagnie va bien ; elle génère des liquidités et regarde l’avenir avec optimisme. » Endettée à hauteur de 314 ME fin mars, le groupe italien a réduit sa dette à 86 ME fin juillet et envisage de la diminuer d’encore 54 ME d’ici à la fin de l’année. Volare est détenu à 38,6 % par un homme d’affaires argentin, le reste se partageant entre le fondateur (25 %), la banque Interbanca (12,5 %) et le fonds Tricolore (12,5 %).

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *