Le patron de Corsairfly lève le voile sur son projet

Transport

C’est cet après-midi, mercredi 31 mars 2010, que la direction de Corsairfly a présenté, en Comité d’entreprise extraordinaire, les grandes lignes de son plan de transformation de la compagnie. "C’est un vrai projet stratégique de transformation de la compagnie dont nous avons parlé, pas d’un plan de restructuration ou de baisse des effectifs" a expliqué Hervé Pierret, le PDG de Corsairfly. Ce plan, baptisé Take Off 2012, se veut volontaire et ambitieux : "Nous avons deux ans de travail devant nous pour nous transformer". Il comporte plusieurs volets. Un volet flotte d’abord. Aujourd’hui Corsairfly fait voler 2 Airbus A 330-200 et six Boeing 747-400. Dans le futur, trois des B 747 sortiront de la flotte et deux Airbus A 330 neufs y rentreront. Les autres appareils seront reconfigurés avec nouveaux sièges, nouveau système vidéo et meilleurs espacements. Bref, à l’horizon 2012, Corsairfly devrait exploiter sept et non plus huit avions. Mais elle disposera surtout d’outils plus flexibles et d’un produit rénové lui permettant de franchir le dernier pas qui la sépare encore d’un statut de compagnie 100% régulière. Ce qu’elle aura perdu en capacité globale sera compensé par des augmentations de fréquences, par plus de vols directs ou par un gommage de la saisonnalité, en particulier sur les quatre ou cinq axes majeurs qui constituent 75% de son activité. Côté réseau, la compagnie affiche clairement l’ambition "de se renforcer sur l’outre mer et sur quelques routes affinitaires". Ce projet, présenté aux salariés et défendu par le management de la compagnie n’a pas encore été formellement validé par celui du groupe TUI. "Nous avons maintenant plusieurs mois pour discuter avec les syndicats, en proposant une méthode, un dialogue, nous ne sommes pas pressés et rien ne se fera sans l’adhésion du personnel". De fait, cette adhésion semble nécessaire à la réussite du projet : "Il y a de l’investissement, nous sommes sur des montants à trois chiffres, il faut donc que l’on s’assure de la bonne volonté de tout le monde".

Publié par Mathieu Garcia

Journaliste - Rubrique Transport - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.

Vos réactions

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *