Le protocole sanitaire qui s’appliquera (bientôt) dans les avions

Transport
L'OACI a défini un cadre pour reprendre les vols commerciaux alors que le Covid-19 est toujours actif.
L'Organisation de l'aviation civile internationale a adopté hier une série de préconisations non obligatoires pour permettre aux compagnies aériennes de reprendre leurs vols en assurant la sécurité des passagers et des personnels. ©Adobe Stock

L’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) a adopté le 1er juin une série de recommandations pour relancer le transport aérien en respectant les mesures sanitaires nécessaires pour éviter la transmission du virus responsable du Covid-19.

 

C’est un véritable guide des bonnes pratiques sanitaires qu’a publié lundi 1er juin l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI). L’agence, qui dépend de l’Organisation des nations unies (Onu) et basée à Montréal, formule plusieurs propositions pour une relance progressive et durable du secteur aérien. Des préconisations qui ressemblent à celles de l’EASA et de l’ECDC publiées le 20 mai dernier.

Les États, les aéroports et les compagnies aériennes du monde entier sont appelés à mettre en oeuvre des mesures « harmonisées à l’échelle mondiale comme régionale, qui font consensus ». Ces recommandations doivent donc servir de « cadre » pour assurer la sécurité tant des passagers que des personnels, dans les aéroports comme à bord des avions.

Les mesures sanitaires à appliquer dans les aéroports

Ainsi, l’OACI propose que le voyageur présente, à son arrivée à l’aéroport, une déclaration de santé, et qu’il subisse un premier contrôle de température. L’enregistrement en ligne est fortement préconisé, tout comme la présentation de cartes d’embarquement sur téléphone mobile.

Les technologies « sans contact », telle que la reconnaissance faciale ou oculaire, devraient être plus largement privilégiées. « Cela permettra d’éliminer ou de réduire fortement la nécessité d’un contact entre employés et passagers pour les documents de voyage », affirme l’agence.

Concernant l’accès au terminal, l’OACI préconise une limitation aux voyageurs, à leurs accompagnants pour les personnes handicapées par exemple, et au personnel.

Les mesures sanitaires à appliquer dans les avions

Par ailleurs, les passagers sont priés de voyager aussi léger que possible. Les journaux et les magazines devraient être bannis et les ventes en duty-free, limitées. Le port du masque ou d’un couvre-visage devrait être obligatoire à l’intérieur du terminal ainsi qu’à bord, ou une distance physique d’au moins un mètre.

Les déplacements dans les avions devront être réduits, pour éviter les files d’attente vers les toilettes notamment. Une cabine de toilettes pourrait être affectée aux passagers selon leur emplacement dans l’avion.

Sujette à des débats passionnés, et à un refus catégorie de la part de l’Association internationale du transport aérien (Iata), la neutralisation d’un siège sur deux pour assurer la distanciation physique ne fait pas partie du dispositif présenté par l’OACI. L’organisation demande cependant que les voyageurs soient aussi éloignés les uns des autres que possible, en fonction du taux d’occupation de l’avion.

Ce guide pratique, rédigé en collaboration avec des compagnies aériennes, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ou encore Iata, a été adopté lundi après-midi par le Conseil de l’OACI. Il n’a toutefois pas de caractère obligatoire.

Publié par Manon Gayet
Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *