Les loueurs de voitures n’ont pas peur de l’économie collaborative

Transport

La branche loueur du conseil national des professions de l’automobile (CNPA) a changé de nom. Désormais et pour "coller" aux mutations que connait le secteur, il faut l’appeler la branche des "métiers de la mobilité" partagée.L’idée, à terme, pour les représentants des loueurs traditionnels, esr de pouvoir travailler avec ceux qu’on appellera les nouveaux entrants de l’économie collaborative, (autopartage, covoiturage…) sur les dossiers importants et communs (fiscalité, développement durable…) dans un esprit d’ouverture apaisée, qu’on pourrait dire à l’opposé de la guerre qui fait rage entre taxis et VTC. Avec, in fine, l’ambition que le CNPA devienne l’organisation de référence pour l’ensemble des métiers de la mobilité partagée. D’après l’étude annuelle que vient de livrer le CNPA, si le volume de location (20 millions), le nombre de locataires (7,5 millions) et le taux recours à la location (14%, et 17% en très courte durée), semblent stables, il apparait que le recours à des solutions alternatives à la location traditionnelle, même si elles sont toujours minoritaires, sont en pleine croissance. Ainsi, d’après l’étude, 5% des détenteurs du permis de conduire ont déjà loué entre particuliers, 15% des Français utilisent le covoiturage (+3 points), 3% des locations sont des locations entre particuliers (+2 points) et 74% (+4 points) des personnes interrogés considèrent que l’autopartage est une solution alternative à la possession d’un véhicule particulier. Pour autant, André Gallin, le président des métiers de la mobilité partagé ne voit pas l’essor de ces nouvelles pratiques comme une menace. Pour lui, le covoiturage marche surtout sur les plates-bandes de la SNCF et l’autopartage constituerait presque un réservoir de futur clients : "Ces jeunes qui pratiquent l’autopartage parce que c’est peu cher et que c’est accessible, proche et convivial, demain, ils auront envie de produits différents, ce que nous sommes capable d’offrir, nous les voyons plutôt comme un réservoir de croissance".

Publié par Mathieu Garcia

Journaliste - Rubrique Transport - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *