Les passagers d’un charter de Fram terminent leur vol en bus

Transport

Une centaine de passagers en provenance d'Espagne et à destination de Paris, débarqués samedi par leur compagnie aérienne lors d'une escale à Lyon, ont finalement rejoint leur destination par le bus, près de dix heures après l'horaire prévu, a-t-on appris dimanche auprès de l'aéroport de Lyon Saint-Exupéry."Pour une raison inconnue, la compagnie a débarqué tous les passagers de l'avion alors que ce n'était pas envisagé et les a pris en charge par voie de bus, grâce auxquels ils ont regagné Paris", a précisé l'aéroport de Lyon Saint-Exupéry, confirmant une information du quotidien Le Progrès. L'appareil de la compagnie tchèque à bas prix Smart Wings, qui était "affrété par le voyagiste français Fram", indique LeParisien.fr, avait décollé un peu plus tôt dans la journée de Palma de Majorque et s'était posé à Lyon comme prévu samedi en milieu d'après-midi pour une brève escale. Ce n'est qu'après plusieurs heures d'attente et après avoir été débarqués que les 110 passagers du vol, censés regagner Roissy samedi soir à 19h45, auraient été pris en charge et acheminés vers la capitale en bus, tandis que leur avion redécollait avec d'autres passagers vers les îles Canaries. Les 110 voyageurs sont finalement arrivés à destination à 5 heures dimanche matin. "C'est un véritable hold-up", a déploré l'une des passagères, interrogée par LeParisien.fr. Au total, leur voyage aura duré près de 13 heures.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.

Vos réactions (7)

  1. C’est vraiment honteux ce qui est arrivé à ces passagers, j’ai vécu la même chose en revenant du Caire escale à Lyon non prévue, mais nous à l »époque on est restés dans l’avion et avons refusés de descendre tant que nous ne décollions pour CDG
    Ils devraient contacter le service information passagers européen à Kheel en Allemagne ils auront toutes les démarches à faire ou même leur appui avec des juristes français
    Je l’ai fait contre AF et j’ai eu gain de cause suite à un bagage endommagé.

    1. je veux bien croire que les passagers soit contrariés, c’est bien normal, cependant ils n’ont pas été abandonné par le TO mais pris en charge, ceci n’est certe pas normale mais ce n’est pas non plus la « fin des haricots », ils étaient à Lyon, dans un des plus grands aéroports de France et leurs frais annexes seront probablement pris en charge si il ne l’ont pas déjà été….

  2. Il est tellement facile de critiquer sans savoir.
    FRAM est certainement le TO le plus honnête de France. Les clients ayant subi le nuage islandais peuvent le prouver. C est le seul TO qui a tout pris en charge.
    Sur le déroulement du retour des clients vers Paris en autocar, les raisons sont réelles et les conditions légales même si le confort et les horaires ne correspondent pas tout a fait a ce qui est prévu. Et FRAM saura, je n en doute pas, régler cette affaire avec ses clients a l amiable comme il le fait fort bien. FRAM respecte ses clients comme les agences commercialisant cette belle marque.

    1. Sincèrement il est oréférable de terminer son voyage en bus que de faire un crash !!!!!!
      Les français ont toujours tendance à crier et de faire un scandale de tout or qu’il s’agissait probablement d’une mesure de sécurité. En plus le touropérateur n’a pas abandonné les passagers . Voyager en avion reste un facteur de risque et mieux arrivant vivant que mort, n’est ce pas ?

    2. Non, il ne s’agit pas de mesure de sécurité car si vous prenez la peine de lire l’article, on indique bien que quand les passagers ont été débarqués à Lyon, l’avion est reparti vers les Canaries. Drôle de mesure de sécurité…
      Si l’avion arrive à retourner aux Canaries , je ne vois pas pourquoi il ne pourrait pas faire Lyon-Paris et amener les passagers à leur destination initiale.
      Donc oui, en l’occurrence les gens ont bien raison de se plaindre. On ne paie pas un billet d’avion pour faire 3 heures d’escale et des heures de bus.
      Le débarquement des passagers dans ces cas là répond plus souvent à un souci d’organisation interne de la compagnie qu’à un problème de sécurité. Des avions menaçant de se crasher, il n’y en a pas beaucoup dans la vraie vie…

  3. Pour vous donner la fin de l’histoire : un vol, avec la compagnie Smart Wings, est programmé le dimanche 4 mai. Départ : terminal 3 Charles de Gaulle, enregistrement à 5h20, envol programmé à 7h20.
    Destination : Lanzarote aux Canaries. Voyagiste : Promovacances / Thalasso / Ô voyages.
    A l’enregistrement, on nous annonce un retard d’au moins une heure, pour raison inconnue.
    Une heure passe, puis deux, puis trois. Dans la salle d’embarquement, aucune information, si ce n’est que personne ne sait ce qui se passe, et que l’avion qui vient de Lyon serait en route (Lyon-Paris : 3 heures d’avion ??).
    Une quatrième heure, puis une cinquième. Toujours pas de nouvelles. Nous sommes tous parqués dans un espace réduit, et on nous dit qu’on n’arrive pas à trouver de vol pour nous. Un vol qui a été vendu par Promovacances comme existant ! Vendre un vol non programmé… quel vol ! Le pire est que personne ne peut nous dire quoi que ce soit. On finit par nous annoncer qu’ils ne savent pas si on va pouvoir partir. Quelqu’un appelle Promovacances… qui répond que c’est dimanche et que le service qui peut traiter le problème ne travaille pas le dimanche, donc qu’il n’y a qu’à attendre pour savoir ; et qu’ils pourront revenir vers nous pour régler le problème à compter de lundi… Et puis au bout de la cinquième heure, on nous annonce qu’un avion a été trouvé, et qu’il va venir spécialement de Prague. Puis une heure après qu’il est en route, et provient de Lyon. Bref… Au bout de 7 heures, arrive un avion de la Travel Service Airlines (tchèque). Nous embarquons. Sans confort. Juste de l’eau est servie durant ces 4 heures 30 de vol. Rien d’autre n’est vendu, pour nous restaurer.
    Au final, nous avons attendu 7 heures à l’aéroport.
    Promovacances nous a vendu un séjour de 8 jours de vacances… dont une journée entière passée à l’aéroport et considérée comme une journée de vacances, avec un vol qui n’était pas programmé. Pas correct. Accepteront-ils de rembourser pour cette journée ? Les demandes sont en cours. Ils ont refusé par deux fois dans le passé, sous prétexte qu’ils ne sont pas responsables du retard de la compagnie… Oui, mais c’est eux qui la choisissent et qui continuent à vendre ses prestations douteuses ! Ils sont donc bien responsables vis à vis de leurs clients. A quand une association de consommateurs pour reprendre le relais et taper au nom d’un collectif, plutôt que de laisser des individus isolés se débrouiller avec le voyagiste ?

    Ce que je comprends à travers cet article, c’est que les gens de Lyon ont été débarqués de leur avion pour nous mettre à disposition un avion sur Paris, afin que nous puissions partir en vacances… Quelle honte.

    C’est la compagnie Smart Wings qui est une catastrophe : 4 heures 30 de retard pour Fuerteventura en décembre 2012, 3 heures pour Lanzarote en mai 2013, 7 heures pour Lanzarote en mai 2014. Il n’est pas normal que les voyagistes comme Fram et Promovacances / Thalasso, sachant cela, continuent à travailler avec une telle compagnie. A noter également : pour chaque vol retardé auquel j’ai eu droit, les autres compagnies de charters, elles, n’annonçaient pas de retard sur les panneaux d’affichage à l’aéroport, pour les mêmes destinations…
    Tant que Thalasso aura le monopole des voyages sur les Canaries, ils continueront à affréter des compagnies pas sérieuses et à se moquer de leurs voyageurs.

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *