Les revenus additionnels des compagnies aériennes explosent

Transport

Selon une étude d’Idea Works Company et Cartrawler, les revenus à la carte des compagnies aériennes ont atteint 57 milliards de dollars (46 milliards d’euros) à travers le monde en 2017.

l’enregistrement de bagages représente la plus gosse part des ventes additionnelles

Les revenus à la carte, qui permet aux passagers d’ajouter des éléments de confort à leur voyage en avion, constitue une part significative de ces revenus additionnels. Elle inclut les frais pour les bagages enregistrés, les sièges attribués, les repas vendus à bord, l’enregistrement prioritaire et les divertissements à bord. Parmi ces sources de revenu, l’enregistrement de bagages représente 23,6 milliards de dollars (20 milliards d’euros) dans les ventes estimées pour 2017.  Selon Aileen McCormack, directrice commerciale de CarTrawler « la forte augmentation des revenus à la carte depuis 2010 (+308 %) atteste de la popularité grandissante du modèle de vols low cost et de l’approche modulaire de la tarification ». Aujourd’hui, qu’il s’agisse de compagnies aériennes traditionnelles ou low cost « toutes sont en train d’améliorer leurs tactiques commerciales afin d’encourager les consommateurs à dépenser et décupler les retours des investisseurs » ajoute-t-elle.

 

L’Europe est en tête de l’activité à la carte et les transporteurs low cost y génèrent le chiffre de 27 % des revenus d’exploitation pour les compagnies aériennes basées en Europe et en Russie. Les champions des revenus additionnels sont en l’occurrence Easyjet, Norwegian et Ryanair, dont les réseaux étendus ont influencé les modèles d’affaires de chaque compagnie dans la région. Ce qui a galvanisé le résultat à la carte pour atteindre près de 10 % des revenus d’exploitation des compagnies basées en Europe et en Russie.

 

En Amérique du Nord ce sont les compagnies aériennes majeures telles qu’Air Canada, Delta et United qui ont adopté les méthodes à la carte.

En Amérique latine, le marché connaît une évolution rapide. Des compagnies aériennes telles que Gol, Jetsmart et Volaris bousculent le statu quo des tarifs tout compris des compagnies aériennes. Et certains règlements sont aussi en cours d’amendement. Ainsi, en 2017 au Brésil, les compagnies aériennes ont pu facturer des frais pour les bagages enregistrés sur des vols nationaux.

 

La région Asie/Pacifique possède une longue tradition des vols low cost avec le vaste réseau bien établi du groupe AirAsia. Toutefois, le réseau mondial de cette région et les compagnies aériennes traditionnelles ont été bien plus lentes à adopter les méthodes à la carte, désormais populaires auprès des compagnies aériennes basées aux États-Unis et en Europe. Ce n’est que depuis ces dernières années que les régulateurs en Chine commencent à exprimer leur soutien au développement des vols low cost.

 

L’Afrique et le Moyen-Orient sont derrière en matière de transport low cost et de développement des revenus additionnels. Les compagnies générant le plus de revenus à la carte le sont du fait de leur taille et non d’activités de commerce agressif de détail. Les transporteurs low cost majeurs de la région se limitent à Air Arabia et Flydubai, avec chacun des revenus additionnels dépassant les 300 millions de dollars en 2016. La croissance des transporteurs low cost et des revenus additionnels est freinée par le contrôle de main de fer des gouvernements, propriétaires des compagnies aériennes.

Publié par Nicolas Barbéry

Rédacteur en chef - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.

Vos réactions

  1. Rendez-vous compte : un billet d’avion vendu 100 euros il y a deux ans,
    est désormais vendu au tarif exceptionnel de 73 euros et – tenez-vous bien – génère la somme de 27 euros de ventes additionnelles.
    La recette de cette vente atteint du coup la somme à peine croyable de … 100 euros !
    Bravo pour cette insolente progression du volume d’affaires et pour ce gain indiscutable dans la fluidité des échanges et du traitement client que cela occasionne.

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *