Les PNC d’Air France dénoncent « une déclaration de guerre » de la direction

Transport

Air France propose que le futur accord d’entreprise des hôtesses et stewards soit conclu pour 5 ans et conduise à un gain de productivité de l’ordre de 7,55%. Trois syndicats représentatifs contestent le chiffrage et les efforts demandés.

Le texte fixant l’organisation du travail, les règles de rémunération et le déroulé de carrière des personnels navigants commerciaux (PNC) arrive à échéance fin février.  Les négociations ont repris mi-décembre à partir d’un texte de la direction fixant pour objectif un gain de productivité de 1,5% par an, soit 7,5% sur l’ensemble de la durée de l’accord, a-t-on appris auprès du SNPNC et de l’Unac.

Selon ces sources, la direction assure vouloir uniquement « compenser » la hausse annuelle de 1,5% du « GVT » (glissement vieillesse technicité), le système qui permet chez Air France d’ajuster la rémunération à l’ancienneté et au grade.  « Mais les efforts demandés sont plutôt de l’ordre de 25 à 30% », assure Christophe Pillet (SNPNC-FO) » interrogé par l’AFP.

Le mécontentement des trois syndicats représentatifs porte notamment sur l’augmentation des cadences demandées (réduction des temps d’escale et/ou hausse du temps de vol maximal) et la modification d’une règle liée à la prise de congés. « Comment peut-on d’un côté avoir l’ambition affichée de remonter la satisfaction clients, de remettre en avant la marque Air France en torpillant ceux qui la façonnent au quotidien avec nos passagers. C’est une déclaration de guerre ouverte à notre métier, une volonté de briser la filière PNC en la précarisant et en la vidant de ses forces vives. La direction  a décidé  de transformer  notre métier en job et d’en finir avec les PNC Air France en les dégoûtant et en les épuisant ».

Publié par la rédaction avec l'AFP

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.

Vos réactions (3)

  1. Il y a déjà la concurrence dévastatrice des compagnies « pas-cher/pas bien », celles des compagnies du Golfe qui bénéficient d’un kérosène bradé et d’aérogares performantes payées par leur gouvernement. Toutes les compagnies aériennes « traditionnelles » sont atteintes et vacillent. Mais chez Air France s’ajoutent le drame de P.N.T. hyper protégés et avantagés, arque boutés sur leurs privilèges léonins et de P.N.C. qui suivent et en plus des cadres en trop grand nombre, trop payés et inutiles. L’agonie est inévitable. Si la compagnie échappe à la disparition, elle ne pèsera plus rien dans au niveau mondiale (Alitalia, bis repetita).

    1. Oui vivement. …. que j aille à pôle emploi ….
      Pour créer une entreprise basée en Irlande … sponsorisée par un E.I. oups pardon le quatar ou les Émirats …. Ayant des salariés bossant 14h par jour et tout ça pour piquer des contrats en France
      … car je serai moins cher ( normal pas d impôt et de charges salariales)

      Bref ….. vivement pôle emploi

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *