L’Etat veut des avions « zéro carbone »

Transport

Elisabeth Borne, Ministre chargée des Transports, a présidé ce 21 juin au salon du Bourget la réunion annuelle du Conseil pour la recherche aéronautique civile (Corac), instance rassemblant tous les acteurs français de l’aéronautique civile (Etat, GIFAS, industriels, constructeurs, compagnies aériennes, aéroports, instituts de recherche) pour définir ensemble des actions cohérentes de recherche et d’innovation technologiques.

 

« Le Corac est un remarquable exemple de la capacité de l’État et d’une filière industrielle à travailler ensemble à des objectifs communs », a indiqué la ministre. Et d’expliquer que le Corac vient d’adopter une nouvelle feuille de route de manière à répondre aux grands enjeux de transformation de la filière aéronautique, en premier lieu desquels la réduction de son empreinte environnementale. Dans ce cadre, l’Etat a décidé de consacrer un effort de 135M€ par an à la recherche aéronautique civile durant tout le quinquennat, au titre du Programme d’investissement d’avenir.

 

« La France est un des deux seuls pays au monde à disposer d’une filière aéronautique complète, allant de grands industriels à un large tissu de PME. C’est une fierté et une force, c’est aussi une grande responsabilité, celle de préparer l’aviation durable de demain. Je sais les efforts qui sont déjà engagés par les avionneurs, motoristes et équipementiers pour y parvenir », a rappelé Elisabeth Borne qui ajoute « face à l’urgence climatique, l’objectif que nous devons atteindre, c’est de parvenir à terme à un avion zéro carbone. C’est une rupture technologique considérable, mais l’histoire de l’aéronautique et les progrès réalisés depuis plusieurs décennies prouvent que même si le chemin est encore long, le défi est réalisable ».

 

Cette réunion a été l’occasion d’un premier bilan des progrès présentés lors de ce salon, fruits du travail de recherche rendu possible par le Corac. Ainsi, Daher, Airbus et Safran ont lancé avec le soutien du ministère chargé des Transports (via la direction générale de l’aviation civile) EcoPulse, un démonstrateur d’avion à propulsion hybride distribuée, dont le premier vol est prévu à l’horizon 2022. Il s’agit d’un projet exemplaire de la vocation collaborative du Corac : Daher intégrera sur un avion TBM le système de propulsion distribuée et hybridée de Safran, dont Airbus assurera l’optimisation aérodynamique, ainsi que les batteries à haute densité énergétique. Ce projet fournira des connaissances précieuses en matière d’hybridation électrique que Safran et Airbus pourront valoriser sur des appareils commerciaux.

 

Tout comme les appareils d’aviation générale, les hélicoptères font partie intégrante de la mise en œuvre de la feuille de route « électrification » du Corac. Airbus Helicopters et le ministère chargé des Transports ont à ce titre annoncé cette semaine le lancement d’une démonstration de propulsion hybride de secours à bord d’un hélicoptère monomoteur. Ce projet du Corac associe aux côtés d’Airbus Helicopters, Thales, Airbus Defence and Space et ADENEO.

 

Cette feuille de route du Corac se décline aussi pour préparer les véhicules de nouvelles mobilités urbaines. Airbus, RATP et ADP ont annoncé le lancement, avec le soutien de l’Etat, d’une étude de faisabilité pour démontrer un système urbain de véhicules VTOL pour les JO 2024, créant ainsi une équipe de France de la mobilité aérienne urbaine. Les technologies développées dans le cadre du Corac concourent pleinement à la conception d’un aéronef adapté à ces nouvelles mobilités.

 

Ces différentes actions permettront de préparer des démonstrations technologiques de grande ampleur pour le futur programme-cadre européen de recherche et d’innovation, Horizon Europe, qui débutera en 2021. Le gouvernement français soutient cette démarche et souhaite que la filière française y ait toute sa place.

 

Au-delà des projets rendus possibles par le Corac, cette 53ème édition du salon du Bourget a démontré le foisonnement d’actions engagées pour réduire l’empreinte environnementale du transport aérien. Le Paris Air Lab en constitue une vitrine, en présentant notamment des solutions d’énergies alternatives, les actions de la filière française pour le développement des biocarburants durables, et les mobilités aériennes du futur. Cette semaine a également permis de voir voler un Pipistrel Alpha Electro, avion léger équipé d’un moteur électrique. Cette opération conjointe de la Fédération Française de l’Aéronautique (FFA) et de la DGAC vise à promouvoir la formation des pilotes avec des aéronefs silencieux.

 

« Je sais l’engagement de la filière sur la voie de l’aviation durable, comme cette semaine a été l’occasion de le démontrer. L’Etat sera à ses côtés pour y travailler, notamment en matière de recherche, avec confiance et exigence. Confiance dans la capacité de nos industriels à relever ce défi climatique, et exigence dans la nécessité de réussir cette profonde transition », a indiqué Elisabeth Borne.

 

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *