Lufthansa répond à Air France-KLM en se développant en régions

Nouveaux vols entre Nice, Marseille, Lyon et les hubs de Francfort ou Munich après l’arrêt de Lille-Munich.
Malgré l’offensive d’AF-KLM, Lufthansa a augmenté ses ventes en régions qui représentent 55 % de son CA.
Le programme de vols long-courriers se distingue par une présence accrue sur l’Inde et l’Afrique du Sud.
Alors que l’un des objectifs du rapprochement entre Air France et KLM était de développer l’offre entre les aéroports régionaux et le hub de Schiphol afin de prendre à Lufthansa du trafic en correspondance à Francfort ou Munich (6e liberté), la compagnie allemande répond à cette offensive. Cet hiver, elle augmente sa capacité de 5 % au départ de France par rapport à l’hiver dernier, essentiellement en province, qui représente 55 % de ses ventes France. Outre la mise en place début septembre d’une quatrième fréquence entre Nice et Munich (night-stop), Lufthansa ajoute sur son hub principal de Francfort une quatrième fréquence quotidienne au départ de Marseille et une cinquième au départ de Lyon. Parallèlement, des appareils de plus grande capacité sont introduits sur certains vols au départ par exemple de Marseille (Boeing 737) ou Bordeaux (CRJ de 70 sièges), sachant que la compagnie dispose d’un outil permettant d’augmenter rapidement l’offre en sièges selon l’évolution de la demande. « Avec Air France et KLM, nous avons affaire à une nouvelle concurrence (…) à laquelle nous avons réussi à faire face au vu de nos résultats sur les 8 premiers mois de l’année », indique Axel Hilgers, DG France de Lufthansa, précisant que l’objectif de dépasser les 300 ME de CA devrait être atteint. De janvier à fin août, le chiffre d’affaires France a progressé de 11 % par rapport à la même période de 2003, avec + 22 % à Bordeaux, + 15 % à Marseille, + 12 % à Nice, Toulouse et Paris, + 6 % à Lyon et Lille et + 4 % à Strasbourg. L’offre de Lufthansa est en hausse malgré la fermeture en août de la ligne Lille-Munich après sept mois d’exploitation déficitaire. C’est également dans un souci économique que les accords de préacheminement ont été arrêtés en juin. « Nous sommes présents partout, le TGV ne ramenait pas beaucoup de passagers en plus », précise Axel Hilgers. En long-courrier, la compagnie va ouvrir le 17 février prochain Francfort-Hyderabad, sa cinquième ligne vers l’Inde et mettre fin à son vol Francort-Le Cap via Johannesburg en assurant un vol quotidien sur chacune des deux destinations sud-africaines.

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *