Malgré les difficultés de la SNCM, Corsica ne s’emballe pas

A la suite de la grève de la SNCM, on pourrait croire que Corsica Ferries se frotte les mains. Pas du tout. « Il est vrai que sur le court terme, nous avons enregistré une inflation des réservations, mais sur le long terme, les réservations sont en baisse », explique Roland Ferrari, responsable commercial France de Corsica Ferries. Et de préciser : « Le conflit de la SNCM est quelque chose de très mauvais pour l’ensemble des compagnies maritimes (…), c’est toute l’image du transport maritime qui s’est dégradée. » Le cadre de la compagnie de ferries se souvient de plusieurs expériences sur des salons où on lui disait espérer qu’il n’y aurait pas encore des grèves, alors que Corsica Ferries n’a jamais connu de conflit social. Bref, une sorte d’amalgame. Pour autant, la compagnie maritime s’en sort bien sur un marché en baisse de 10 % à 15 %, mais ne réalisera pas son objectif de hausse de trafic de 20 % en 2004 par rapport à 2003. L’an dernier, Corsica Ferries avait transporté 1,680 million de pax sur la Corse, contre 1,260 million pour la SNCM. La différence de part de marché va encore se creuser en 2004 à l’avantage de Corsica Ferries. La SNCM, qui tablait sur un recul de trafic en 2004 compris entre 80 000 et 100 000 pax, a déjà perdu à fin septembre 250 000 passagers. Si plusieurs réseaux d’agences de voyages n’envisagent pas de déréférencer la SNCM, certains en revanche, qui ne référencent que la SNCM, n’excluent pas un double référencement avec Corsica Ferries. Histoire d’avoir une solution de rechange au cas où.

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *