Pour la première fois, Ryanair prévoit des bénéfices en baisse

Transport

La compagnie évoque les bas prix pratiqués par les concurrents en explication.
Elle s’attend à devoir payer des millions d’euros pour les aides reçues.
Son action à la Bourse de Londres s’effondrait de 24,7 % mercredi après-midi.
Les mauvaises nouvelles se suivent pour Ryanair. Après avoir déclaré qu’elle s’attendait à ce que Bruxelles lui demande de rembourser des millions d’euros d’aides publiques reçues à Charleroi, la compagnie a averti que ses bénéfices baisseraient de 10 % sur l’année en cours (à 215 ME), qui s’achèvera fin mars, pour la première fois depuis 1997. Une annonce qui a fait chuter son action de 24,7 % à la Bourse de Londres mercredi en début d’après-midi. Son PDG, Michael O’Leary, qui s’est toujours présenté comme un farouche défenseur de la concurrence, a expliqué cette baisse par la concurrence intense en termes de prix dans toute l’Europe en raison d’une énorme croissance des capacités des autres compagnies qui ont poussé Ryanair à baisser ses prix. « Il y a une pression considérable sur les tarifs et les rendements car beaucoup de compagnies déficitaires tentent d’être concurrentielles pour survivre », a-t-il déclaré, précisant que ce recul des bénéfices provenait également de la croissance de la compagnie du fait de l’absorption de Buzz, du lancement en janvier de deux nouvelles bases proches de Rome et Barcelone, ainsi que de la faiblesse de la livre sterling face à l’euro. Certes. Apparemment peu inquiet de cet avertissement sur résultats, Michael O’Leary s’en est pris aux « bureaucrates de Bruxelles », qui « n’en seraient pas à leur première bourde dans les conclusions de leur enquête » [NDLR : sur les aides accordées à Charleroi]. Si cette décision s’avère défavorable à Ryanair, la low cost devrait rembourser entre 3 et 10 millions d’euros. Mais Si Charleroi sert de précédent, la note augmentera et pourrait se situer entre 50 et 100 millions d’euros. « On dirait qu’ils [Bruxelles] veulent imposer des règlements communistes : que tout le monde paye les mêmes prix élevés qu’avec les compagnies nationales ».

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *