Productivité : Air France regrette l’attitude de ses pilotes

Transport

La direction d'Air France a regretté jeudi le rejet de son projet d'accord par le SNPL, premier syndicat de pilotes, estimant que cette proposition de "compromis" permettait le développement d'Air France "dans l'intérêt de tous les personnels"."La direction d'Air France regrette l'annonce par le bureau du SNPL de son refus de signer la proposition d'accord", a indiqué le groupe dans une déclaration écrite à l'AFP. "Cette proposition repose sur un véritable compromis, pour rechercher les moyens d'améliorer notre compétitivité et préserver les enjeux professionnels des pilotes, en termes d'emploi et de progression de carrière notamment. Elle permet le développement futur d'Air France, dans l'intérêt de tous ses personnels", selon ce texte. Le SNPL a rejeté mercredi le projet d'accord de la direction proposant une augmentation de la productivité, des mesures de flexibilité et l'embauche de 600 pilotes d'ici à fin 2020. La signature du SNPL, qui représente 65% des pilotes de la compagnie, est indispensable pour valider ce projet d'accord, qui ne concerne que les pilotes. "En l'état actuel des choses, ce projet était inacceptable" car la compagnie "demandait aux pilotes des sacrifices importants en échange de promesses sur l'emploi et la croissance", a expliqué à l'AFP Véronique Damon, porte-parole du syndicat. Le projet, qui vise à "coller à la saisonnalité" de l'activité d'Air France, comprend une baisse de la rémunération à l'heure de vol, qui serait compensée, selon la direction, par l'augmentation du temps de travail. La part variable des pilotes repose en effet sur le nombre d'heures effectuées. Le texte fixe par ailleurs l'objectif d'atteindre "plus de 3.900 pilotes à fin 2020", contre près de 3.700 anticipés mi-2016, par le biais de "plus de 600 embauches" dont "au moins 50" avant la fin d'année, selon le PDG d'Air France Frédéric Gagey.

Publié par La Rédaction

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *