Ryanair coupe les ailes à Skyscanner

Transport
L'objectif pour Ryanair est effectivement de reprendre la main sur l'intégralité de ses ventes. ©Adobe Stock

Suite à une plainte déposée par Ryanair, le comparateur de billets d’avion s’est vu adresser 4 injonctions provisoires par une cour de justice allemande.

 

Skyscanner perd une première bataille contre Ryanair. Mis en cause par la low-cost, le moteur de comparaison britannique a été condamné par la justice allemande pour 4 motifs. D’abord, la cour de Hambourg considère comme illicite l’affichage actuel des prix des billets Ryanair sur la version allemande de Skyscanner. Le juge estime que le comparateur ajoute des majorations cachées qui rendent les tarifs de Ryanair plus chers que sur le site de la compagnie.

 

Le jugement reproche ensuite à Skyscanner de ne pas présenter un tarif intégrant ses frais de service et de proposer un tarif des bagages enregistrés plus cher que sur le site de Ryanair. Enfin, le juge allemand interdit à Skyscanner d’envoyer de fausses adresses e-mail à Ryanair. Le site britannique avait visiblement trouvé le moyen d’éviter de donner sa base de clients à la compagnie aérienne, évitant que Ryanair relance directement les clients. A noter qu’il s’agit pour l’heure d’injonctions provisoires, qui doivent être confirmées lors de la décision finale.

 

eDreams et Opodo également dans le viseur

 

Sans donner plus de détails, Ryanair précise qu’elle a lancé plusieurs procédures en Europe contre des sites de comparaison de prix. Skyscanner est évidemment dans le collimateur aux côtés de eDreams et Opodo, eux aussi mis en cause. Si le jugement de la cour de Hambourg fait jurisprudence, d’autres condamnations dans le même sens devraient être prononcées.

 

Et même si la low-cost met en avant ses préoccupations en matière de défense des consommateurs, il s’agit bel et bien d’une histoire de gros sous. L’objectif pour Ryanair est effectivement de reprendre la main sur l’intégralité de ses ventes. « Nous invitons les consommateurs à éviter les sites comme Skyscanner et à réserver directement sur le site Web de Ryanair« , confirme Kenny Jacobs, directeur marketing de la compagnie. Un changement de cap pour la low-cost qui avait pourtant bel et bien autorisé Skyscanner et les autres comparateurs à reprendre ses tarifs dans leurs bases de données.

 

Mais la partie n’est pas totalement terminée. Skyscanner pourrait faire appel de la décision allemande. Contacté, le comparateur n’a toutefois pas souhaité faire de commentaire. Un porte-parole s’est contenté d’affirmer à la chaîne de télévision irlandaise RTÉ que « Skyscanner n’ajoutait pas de frais supplémentaires« .

Didier Forray

Publié par La Rédaction
Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *