SNCF : « la grève sera très pénalisante pour nos clients » prévient Guillaume Pépy

Transport

Dans une interview accordée au Journal du Dimanche, le PDG de la SNCF Guillaume Pépy alerte sur la possibilité de voir certaines lignes « fermer » lors des jours de grève qui débutent mardi 3 avril.

« Il y aura donc des lignes fermées »

Mardi, la circulation des trains sera très perturbée. La SNCF table sur un TGV sur huit en circulation en moyenne, un Intercités sur huit, un TER sur cinq et un Transilien sur cinq.

 

Pour les Franciliens, la situation sera variable: un train sur deux est prévu sur le RER A, un sur trois sur le B, un sur cinq sur le C, un sur quatre sur le D. Sur les lignes R (Paris-Montargis) et U (La Défense-La Verrière) du Transilien, il n’y aura « aucun train ».

 

« Cette grève sera très pénalisante pour nos clients », a indiqué Guillaume Pépy. « Elle a été pensée pour avoir un maximum d’impact sur le trafic et être le plus économe possible pour les grévistes ». Les passagers doivent s’attendre à la fermeture de certaines lignes. « S’il manque des aiguilleurs, la loi ne nous permettant pas d’en réquisitionner, il y aura donc des lignes fermées ». « Sur les grandes lignes, les trains annoncés la veille à 17 heures seront garantis. Nous enverrons un mail ou un SMS à toutes les personnes qui ont une réservation pour confirmer ou infirmer la circulation de leur train la veille à partir de 17 heures ».

 

Vendredi sur France Inter, le patron de la SNCF avait conseillé aux voyageurs de renoncer à prendre le train dès lundi 19h. « Les Français doivent être lucides. Nous avons dit et répété qu’il y aurait très peu de trains du 2 avril au soir au 5 avril au matin. Il ne sera donc pas raisonnable de venir dans une gare si votre train n’est pas confirmé. C’est pour cela que l’on a fermé les réservations pour les jours de grève. Lorsque l’on y verra plus clair on pourra en rouvrir certaines ». Quant aux liaisons les plus touchées, le patron de la SNCF a répondu : « on ne peut pas le savoir pour l’instant, les salariés doivent se déclarer grévistes 48h avant le début du mouvement. Mais ils le font souvent au dernier moment. Or, pour savoir quels trains circuleront, sur les 15.000 trains quotidiens, nous devons savoir combien d’agents seront présents ».

 

Il a enfin insisté sur les conséquences de cette grève perlée : «Trois jours après la reprise du trafic, une nouvelle séquence de grève démarrera. Cela va désorganiser complètement la production. Exemple : si l’entretien technique d’un train ne peut être fait à cause de la grève, il ne pourra plus rouler. Et nous finirons par manquer de matériel ».

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.

Vos réactions

  1. Ce n’est pas la grève qui est pénalisante pour la SNCF et ses clients mais la gestion désastreuse et les choix ineptes de Guillaume Pépy. Il faut le débarquer !

    Et dire qu’on lui prête l’intention de postuler à la présidence d’Air France. Il achèverait une compagnie déjà très mal en point…

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *