SNCF : Les Français majoritairement favorables à la réforme

Transport
SNCF

Harris Interactive a réalisé le 26 février 2018 un sondage* pour RMC et Atlantico, après la conférence de presse du Premier ministre Édouard Philippe à propos de la réforme de la SNCF.

Quels sont les principaux enseignements de ce sondage ?

 

A la lecture des résultats il apparait que quelques heures après les annonces du Premier ministre, le projet de réforme de la SNCF apparait relativement bien apprécié de la part des Français.

Sur la méthode : 54% des Français se déclarent favorables à ce que la réforme soit mise en œuvre en recourant aux ordonnances (en septembre dernier seuls 35% des Français se déclaraient favorables à cette méthode, alors qu’il s’agissait de la loi travail). Sur un des dispositifs emblématiques : 69% des Français indiquent être favorables à l’abandon du statut de cheminot pour les futurs salariés de la SNCF.

Sur les perspectives : 69% des Français anticipent une réduction de la dette de la SNCF, les deux-tiers une bonne qualité de service pour les clients, 56% des prix plus attractifs et la moitié de la population interrogée n’anticipe pas l’arrêt de lignes de trains peu fréquentées.

 

Confiance dans le gouvernement

 

Pour les Français interrogés, le gouvernement est, aujourd’hui, l’acteur en lequel ils ont le plus confiance (53%) pour effectuer des propositions de réforme allant dans le bon sens, quasiment au même niveau que la direction de la SNCF (52%) mais plus que les organisations syndicales (45%). Assez logiquement, vues les opinions émises, le soutien aux mobilisations (alors que les Français n’ont pas forcément connaissance ni des mots d’ordre, ni du front syndical) est minoritaire : 43% des répondants indiquent soutenir les appels. Rappelons qu’ils étaient 57% lorsqu’il s’agissait de la loi travail.

 

Une image connotée par les retards

 

L’ensemble de ces opinions, émises quelques heures après les annonces d’Édouard Philippe, s’inscrivent dans un contexte où – lorsque l’on parle de la SNCF – le terme « retard » est celui le plus souvent spontanément évoqué. Les références au service public, à l’efficacité… ne sont que peu restituées. Elles s’inscrivent également dans un contexte où les prix apparaissent – selon nos interviewés – élevés et n’offrent plus forcément de possibilités aux catégories populaires à y recourir aisément.

 

*Enquête réalisée en ligne le 26 février 2018. Échantillon de 1010 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région de l’interviewé(e).

 

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *