Star Airlines ouvre la ligne Paris-Beyrouth

La compagnie attend un avis définitif prochainement.
Elle compte débuter les vols le 16 décembre 2004 en A320.
Star Airlines s’immisce dans le duopole Air France-MEA.
Un an après avoir obtenu les droits de trafic côté français entre la France et le Liban, Star Airlines a reçu une autorisation provisoire de la part des autorités libanaises, qui devrait, selon le PDG de la compagnie Cédric Pastour, « se transformer en autorisation définitive lors des prochaines négociations bilatérales prévues avant la fin de l’année ». Cédric Pastour ne cache pas sa joie de casser le duopole Air France-Middle East Airlines (MEA) qui assure trois vols par jour en code-share entre Paris et Beyrouth. « Avec plus de 63 % de parts de marché pour MEA, Star renforcera le pavillon français sur cette destination, et permettra surtout aux passagers de bénéficier de tarifs attractifs sans devoir passer par l’aéroport d’un pays tiers dans le cadre d’un trafic de ‘6e liberté’ comme c’est le cas actuellement avec Cyprus Airways et Iran Air », explique-t-il. Star Airlines compte ouvrir la ligne à partir du 16 décembre prochain à raison de deux vols par semaine (jeudi, dimanche) en Airbus A320, avant d’ajouter une troisième et une quatrième fréquence, respectivement au printemps et à l’été 2005. Disposant du statut de compagnie régulière, Star Airlines pourra commercialiser ses vols en GDS. Sur cette ligne qui draine un trafic de 323 000 pax par an, la compagnie veut capter la clientèle ethnique complétée par la clientèle touristique, « appelée à se développer à l’avenir ». C’est également dans cette optique que Star Airlines va demander d’ici à la fin de l’année au Conseil supérieur de l’aviation marchande (Csam) les droits de trafic pour ouvrir Amman en Jordanie. Concernant l’ouverture des Seychelles, aujourd’hui cadenassées en vols non-stop par le couple Air France-Air Seychelles, Cédric Pastour se dit confiant pour obtenir un feu vert pour un début d’exploitation en juillet 2005. Reste encore à casser le duopole Air France-Air Mauritius sur l’axe franco-mauricien. Mais là, Corsair aussi est sur le coup.

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *