Swiss casse les prix sur les vols moyen-courriers

Des baisses sur une trentaine de villes au départ de France via la Suisse.
Six niveaux tarifaires créés allant de 84 E l’A/R HT à 395 E sur Francfort.
Les 2 plus bas niveaux seront plus chers en GDS mais en accès sur Swiss.com.
L’aller-retour Paris-Berlin (via la Suisse) à 87 euros hors taxes, c’est l’un des tarifs que commercialise Swiss au départ de Paris ou de Nice. La compagnie lance aujourd’hui sa nouvelle grille tarifaire en classe économique sur une trentaine de destinations européennes en correspondance à Zurich ou Genève, comme Rome, Madrid, Barcelone, Copenhague, Florence, Istanbul, Lisbonne, Milan, Palma, Francfort, afin de développer ce type de trafic. Le principe est exactement le même que celui mis en place l’an dernier sur les vols de point à point entre la France et la Suisse. Outre des repas payants en éco sur les vols de plus de 70 minutes, la compagnie helvétique introduit six niveaux tarifaires allant, dans l’exemple de Francfort, de 84 euros à 395 E, très nettement en dessous du tarif Iata à 756 euros le seul disponible jusque-là. Yves Nanique, directeur général France de Swiss, indique que plus on réserve tôt, plus on augmente ses chances de dénicher un bas tarif. Pour autant, ces tarifs combinables entre l’aller et le retour n’ont pas d’Apex, l’ouverture et la fermeture des classes de réservation se faisant en fonction des remplissages des vols. « Il y a une grande flexibilité, tous les tarifs sont d’ailleurs combinables entre eux, entre l’aller et le retour », précise Yves Nanique. Néanmoins, les 6 nouveaux tarifs ne sont pas remboursables et sont modifiables moyennant 75 euros de frais. Si les six niveaux de prix sont accessibles en GDS, les deux plus bas tarifs seront plus chers de 15 euros aller-retour que ceux disponibles sur le site Internet de Swiss. Exactement comme la compagnie l’avait fait l’an dernier sur ses vols de point à point, ce qui avait provoqué la colère des agences de voyages. « Ces deux niveaux sont destinés à lutter contre les low cost, explique Yves Nanique, si une agence de voyages, ou un réseau, nous les demande, nous leur fournirons soit via un accès à notre site Internet, soit via notre outil By Pass, une interface dans les GDS à notre système d’inventaire des vols. »

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *