TAM augmente son offre sur Paris-Sao Paulo

Transport

TAM passe d’un quotidien à 10 vols hebdo le 8 juin 2004.
La compagnie va pouvoir travailler davantage avec les TO.
Un siège convertible en lit a été introduit en Business.
Cinq ans après son arrivée sur le sol français, TAM passe la vitesse supérieure au départ de Paris CDG2. « A partir du 8 juin prochain, nous ajoutons trois nouvelles fréquences hebdomadaires sur Paris », a annoncé à la presse française Marco Antonio Bologna, président de la compagnie brésilienne. Ainsi TAM passera d’un vol quotidien à 10 vols par semaine à destination de son hub de Sao Paulo. Ces trois nouvelles fréquences, prévues dans un premier temps les lundis, mercredis, et vendredis, seront à l’instar des vols existants des vols de nuit à l’aller comme au retour avec un décollage à 23 h 55 de Roissy. Limité aujourd’hui aux vols Sao Paulo-Paris, le code-share avec Air France (Cf. QDT n° 2288 du 27/11/03) ne concernera pas les trois nouveaux vols. « Cette augmentation d’offre est un bol d’air, car nous sommes en sous-capacité (…) On refuse des ventes », explique Stéphane Ettorre, directeur commercial France de TAM, en rappelant qu’en 2003 le taux de remplissage en classe économique avait dépassé les 90 %. Avec ces nouveaux vols, le cadre de la compagnie compte travailler davantage avec les voyagistes. Déjà, la signature d’un contrat d’allotement avec NF-TUI pour la prochaine saison hiver est en bonne voie. Alors que depuis le début de l’année 2004, le trafic en classe Eco reste soutenu, celui à l’avant de l’appareil commence à repartir depuis fin mars après avoir fortement ralenti au premier trimestre. La baisse du trafic affaires avait d’ailleurs commencé mi-novembre après qu’Air France a décidé, elle aussi, d’opérer un vol de nuit au départ de Roissy. La reprise du trafic depuis fin mars coïncide avec l’introduction d’un nouveau siège en classe affaires convertible en lit. « L’inclinaison (180 degrés) et la largeur du fauteuil sont identiques à celles de la première classe », précise Stéphane Ettorre. À TAM de profiter de cet avantage au niveau du produit avant qu’Air France n’équipe ses avions sur l’Amérique latine de ses nouveaux sièges prévus pour fin 2004.

Publié par La Rédaction

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *