Trafic aérien : La France attire les marchés long-courriers mais la compétition est intense

Hausse des prix des billets d’avion en juillet

Créé en 2016 à l’initiative d’Atout France et du groupe ADP, en partenariat avec le ministère des affaires étrangères et du développement international, le nouvel Observatoire de la connectivité aérienne a rendu public sa première étude. 

L’Observatoire de la connectivité aérienne a passé en revue les dix principaux marchés long-courriers à destination de l’Union Européenne et de la zone Schengen : Brésil, Canada, Chine, Corée du sud, États-Unis, Inde, Japon, Malaisie, Mexique et Russie.

Les dix marchés analysés représentent plus la moitié de la population mondiale et ils génèrent aujourd’hui 55 millions d’arrivées aériennes en Europe chaque année. D’ici à dix ans, ce flux devrait augmenter de 40 % pour atteindre 75 millions d’arrivées prévues à l’horizon 2025, soit un potentiel de plus de 20 millions d’arrivées supplémentaires.
Ces nouveaux flux entrants se répartiront entre les principales destinations touristiques européennes. Quatre marchés contribueront à hauteur  de 85 % de la croissance à venir : les États-Unis, la Russie, la Chine et l’Inde qui connaîtra la plus forte croissance et représentera plus de 15 % de la hausse future.

La France dans le trio de tête
Aujourd’hui, près de 60% des voyageurs originaires des dix grands marchés émetteurs long-courriers arrivent à destination directement, le reste transitant par un hub de correspondance.
La France capte 12 % des arrivées globales, soit un flux annuel de 6,6 millions d’arrivées. Son importante est encore plus prégnante au niveau du trafic direct avec une part de marché de près de 13 %. La France s’établit depuis 2011 comme la troisième plus grande destination parmi les dix principaux marchés long-courriers  et tient cette position stratégique d’un profil de trafic très équilibré. Elle apparaît toujours dans le Top 3 de chacun des dix grands marchés émetteurs, à l’exception des États-Unis et de la Russie où elle figure au 4e rang.

Une nécessaire mobilisation collective
Alors que la compétition entre grands aéroports et métropoles n’a jamais été aussi intense dans un contexte de consolidation du secteur aérien et de montée en puissance des plates-formes aéroportuaires asiatiques et de la péninsule arabique, la captation de nouvelles lignes aériennes et l’enrichissement des dessertes actuelles, à l’exemple du récent accord bilatéral avec la Chine, est plus que jamais nécessaire.
Dans ce contexte, l’Observatoire de la connectivité aérienne, en proposant un focus sur chacun des dix marchés émetteurs long-courriers, incite tous les acteurs concernés, du transport, du tourisme et des collectivités, à agir davantage ensemble pour concrétiser tous les potentiels.

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *