Transport Aérien : La hausse des retards et annulations n’est pas liée à l’intensité du trafic

Transport
Hausse des prix des billets d’avion en juillet

AirHelp, société spécialisée dans l’aide au recouvrement d’indemnités dues dans le cadre de la réglementation européenne en matière de retards aériens, a analysé les vols au départ de France ayant lieu au premier trimestre des six dernières années.

 

D’après AirHelp, le nombre de vols retardés ou annulés a augmenté de plus de 40% au premier trimestre entre 2014 et 2019, et ce même si le nombre total de vols reste stable. Comparé à la même période en 2014, 39% de passagers en plus ont subi des retards ou annulations de vols durant le premier trimestre 2019.

AirHelp a analysé les vols du premier trimestre des années 2014-2019. « Contrairement aux idées reçues, l’étude révèle que la forte hausse des retards et annulations de vols n’est pas corrélée avec l’intensification du trafic aérien » explique l’entreprise dans un communiqué.

 

Le nombre de vols en France, pendant les premiers trimestres des années allant de 2014 à 2019, a été plutôt stable : la différence en nombre de vols entre l’année la plus chargée (2016) et la moins chargée (2017) est de 5,5% seulement. En effet, l’intensification du trafic aérien des dernières années concerne presque uniquement la période estivale.

 

En même temps, le nombre de vols retardés (de 15 minutes au minimum) et annulés a augmenté de plus de 40% entre les premiers trimestres 2014 et 2019, et même de 89,5% entre la meilleure et la pire année (2014 contre 2018). L’année 2018 se démarque d’ailleurs fortement des autres années en France, à cause des forts épisodes neigeux de février et des grèves à répétition qui ont débuté au mois de mars.

 

« Les annulations et les retards de vols en France ont considérablement augmenté ces dernières années. Et selon nos prévisions, cette hausse continuera en 2020. De plus, compte tenu de l’augmentation exponentielle du nombre de passagers ayant droit à une indemnité, nous pouvons constater que de plus en plus de perturbations de vol étaient en réalité la faute des compagnies aériennes. Cela a été causé notamment par les tensions sur le marché international où certaines compagnies essayent à tout prix de vendre le plus de sièges possible, quitte à proposer des liaisons qu’elles ne peuvent pas desservir faute d’avions et de personnel. En 2018, nous avons également observé une augmentation des grèves du personnel des compagnies aériennes, qui n’étaient pas si fréquentes dans le passé », explique Jakub Kusmierczak, porte-parole d’AirHelp France.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *