Transports du quotidien : Que veulent les français ?

Transport

L’examen du projet de projet de loi d’orientation des mobilités (LOM) sera discuté en séance au Sénat à compter du 19 mars. Le texte qui ambitionne d’apporter des avancées majeures dans le quotidien d’un grand nombre de Français. Une étude* réalisée par OpinionWay pour Trainline se penche sur les aspirations et les perceptions des français dans ce domaine. Sans surprise, les résultats confirment de grandes disparités entre l’Île de France et les régions et entre zones rurales et zones urbaines.

 

D’après l’étude d’OpinionWay pour Trainline, aujourd’hui, seule une courte majorité de Français se dit satisfaite de l’offre de transport proposée localement pour les trajets quotidiens : 55% contre 43% d’insatisfaits.

 

Sans réelle surprise, l’insatisfaction est plus fortement exprimée par les habitants des communes rurales (63%) et de villes de moins de 20 000 habitants (55%). A l’inverse, la satisfaction à l’égard de l’offre de transport est plus importante chez les habitants d’Ile-de-France (64% en sont satisfaits).

 

La voiture individuelle reste le premier moyen de transport pour six Français sur dix, quand 13% citent la marche, 7% le métro ou RER, 5% le bus, et 3% le train. Cet usage prioritaire de la voiture individuelle monte à 84% chez les habitants de communes rurales, et à 74% chez les habitants de villes de moins de 20 000 habitants. Seuls les habitants d’Ile-de-France ne citent pas la voiture individuelle comme moyen de déplacement privilégié (30%).

 

Amenés à expliquer pour quelles raisons ils utilisent le plus souvent la voiture individuelle, plus de sept Français sur dix concernés répondent que c’est le seul moyen de déplacement auquel ils ont accès facilement (73%). Cette raison est également la première invoquée dans les communes rurales (73%) et de moins de 20 000 habitants (70%), mais aussi dans les villes de 20 000 à moins de 100 000 habitants (64%) contre seulement 49% en Ile-de-France.

 

« Si nous voulons encourager un report modal vers une mobilité plus durable comme le train ou le bus, il est primordial que les usagers aient plus de choix et un accès facilité à l’ensemble de ces offres«  commente Daniel Beutler, président de Trainline.

Plus de trois Français sur dix disant utiliser prioritairement un véhicule individuel motorisé estiment que l’offre de transport proposée localement leur permettrait de remplacer leur voiture, moto ou scooter. Le bus est la principale alternative possible identifiée par les conducteurs de véhicules individuels motorisés (29%).

« Trop compliqué » de se passer de sa voiture

Les principales raisons invoquées pour ne pas recourir à un autre mode de déplacement relèvent de la praticité : ils estiment prioritairement que cela augmenterait leur temps de transport (45%) et que c’est « trop compliqué » (43% en commune rurale contre seulement 16% en Ile-de-France).

On trouve également un tiers des Français qui ne s’estime pas suffisamment informé sur les dispositifs mis en place pour améliorer leurs trajets quotidiens. Ce chiffre monte à 45% en commune rurale.


Par ailleurs, 33% des Français privilégiant leur véhicule individuel motorisé et n’identifiant pas d’alternative sur leur territoire affirment qu’ils aimeraient que l’offre de transport proposée localement leur permette de changer leurs habitudes.


« La question des données de mobilité est clé. Nous sommes convaincus que la LOM en garantira une ouverture ambitieuse de façon à libérer l’innovation des acteurs numériques qui leur permettra de relever les nombreux défis que pose la transition vers une mobilité plus propre, plus inclusive et accessible. Un accès amélioré et une réutilisation facilitée des données de mobilité, mais aussi la mise en place d’un écosystème favorable et juste, permettront aux différents distributeurs numériques de proposer au voyageur de l’information supplémentaire et des solutions plus attractives de déplacement, notamment en renforçant l’attractivité du mode ferroviaire » analyse Daniel Beutler.


Lois d’Orientation des Mobilités : pas les mêmes attentes en fonction des territoires

Parmi les principales actions attendues par les Français dans la Loi d’Orientation des Mobilités, les solutions visant à mettre en place ou renforcer l’offre de transport au niveau local et l’entretien des réseaux ferroviaire et routier. Concrètement :

  • 45% des Français sont en attente de la mise en place ou d’un renforcement de l’offre de transports en commun au niveau local.

 

  • 35% en attendent autant concernant l’entretien du réseau ferroviaire (35%).

 

  • Et 33% s’agissant de l’entretien du réseau routier.

 

Là encore de nombreuses disparités existent entre l’Ile-de-France et le reste du pays : l’entretien du réseau ferroviaire (49% en IDF contre 31% en province), l’entretien du réseau routier (36% à égalité avec le nord-ouest), ou l’offre de transports en commun au niveau local (48% contre 40% dans le nord-ouest).

 

L’ouverture à la concurrence du train et le numérique : deux leviers pour dynamiser les territoires

Plus de quatre Français sur dix voient dans l’ouverture à la concurrence du train au niveau local et national l’opportunité d’un impact positif pour les territoires : 47% imaginent un impact positif sur le dynamisme économique de leur région, 43% sur le désenclavement des territoires et 43% sur l’emploi. 39% des Français y voient également un impact positif sur la qualité de leurs déplacements.

 

Les projections sont les mêmes quant à l’impact supposé du développement du numérique : plus de quatre Français sur dix prévoient un impact positif sur le dynamisme économique de la région (48%), le désenclavement des territoires (45%) et l’emploi (41%).

 

« La concurrence dans le ferroviaire ne pourra être une réussite sans le développement d’outils numériques de distribution innovants et indépendants, et ce grâce à des règles stables, équitables pour tous les acteurs de la distribution en ligne. Plus particulièrement, il est essentiel que l’Arafer joue le rôle de régulateur pour veiller à l’absence de discriminations entre les différents canaux de distribution. Tous les acteurs de la distribution bénéficieront ainsi d’un écosystème favorable et permettront donc d’accroitre l’attractivité du train«  estime Daniel Beutler.

 

*Méthodologie : Échantillon de 1 054 personnes âgées de 18 ans et plus. Les interviews ont été réalisées du 20 au 21 février 2019. L’échantillon a été́ constitué selon la méthode des quotas, au regard des critères de sexe, d’âge, de catégorie socioprofessionnelle, de catégorie d’agglomération et de région de résidence.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *