« Un siège vide est une tombe », XL Airways change radicalement de modèle

Transport
Laurent magnin

C’est une question de survie. XL Airways, qui a fini l’année 2018 « dans le rouge », de l’aveu même de Laurent Magnin, son PDG, est condamnée à se réinventer pour survivre. Heureusement pour la compagnie, l’homme a déjà prouvé qu’il ne manquait ni d’imagination, ni de ténacité.

 

« Les batailles entre compagnies françaises sur les Antilles, la Réunion ou New-York cela n’a plus de sens, je pense qu’il faut faire autre chose « . Et cet autre chose, Laurent Magnin est persuadé que c’est la Chine et ses grandes métropoles régionales presque inconnues des Français qui l’incarne le mieux.

 

Aller chercher les touristes chinois

 

Depuis le mois de juillet, XL Airways vole donc entre Paris et la ville Jinan (400 km au sud de Pékin) une fois par semaine (départ le lundi et retour le mercredi, déjà 14 000 coupons vendus). Pour y emmener des Français ? Pas du tout. Pour aller y chercher des touristes chinois. Le vol régulier, opéré à l’année longue par XL est en effet rempli par des tour-opérateurs chinois avec l’aide d’un consolidateur. Une sorte de retour aux sources pour le vieux routier des vols vacances qu’est Laurent Magnin, mais dans le domaine de l’incoming cette fois et non plus de l’outgoing. Et ça en soit c’est aussi un changement de modèle. L’objectif affiché est de passer à 2 vols par semaines sur Jinan en 2020 et d’ouvrir 2 autres villes chinoises la même année.

 

Des avions neufs et une monté en gamme

 

Pour cela XL entend bien se servir des 2 Airbus A330-900 Néo qu’elle vient de commander. Des appareils qui pourront desservir l’ensemble de la Chine et qui seront configurés en bi-classe. Ils viendront compléter la flotte actuelle, qui sera elle aussi équipée d’une prémium éco et de systèmes de divertissement. Encore un changement de stratégie par rapport aux avions mono-cabines utilisés jusqu’ici.

 

Un réaménagement du programme

 

Parallèlement la compagnie va réaménager le reste de son programme : exit les vols sur les Antilles l’été, arrêt du Marseille – Réunion. Mais ouverture d’un Paris – Réunion et doublement du Lyon – Réunion. Côté Etats-Unis, essentiellement desservis l’été, l’heure n’est pas à la pause avec 4 vols par semaine annoncés sur Los Angeles, 3 sur San Francisco et le passage de New York en quotidien et à l’année longue.

 

Des tarifs sans bagages

 

Mais ce n’est pas tout. Jusqu’ici défenseur intraitable des tarifs tout compris, Laurent Magnin a décidé de lancer en mars un tarif sans bagage et promet des prix « aussi brutaux » que ceux de la concurrence, Norwegian en tête. Parce que la dure réalité c’est que « le consommateur va d’abord vers le prix le plus bas avant de se rendre compte de ce qu’il doit rajouter après », et surtout parce que « un siège vide est une tombe ».

 

 

Publié par Mathieu Garcia

Journaliste - Rubrique Transport - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *