Varig réduit la voilure sur Paris-Rio de Janeiro

Passage de quatre à deux vols hebdomadaires cet été.
La compagnie brésilienne aurait un problème de flotte.
Air France augmente sa capacité sur Rio cet hiver.
Alors qu’elle avait rouvert la ligne Paris CDG-Rio de Janeiro le 23 juin dernier à raison de quatre vols par semaine, Varig a, dans le courant de l’été, retiré la moitié de ses fréquences alors qu’elle est toujours en quotidien sur Sao Paulo. Interrogée sur la raison de cette réduction de voilure sur un marché en expansion, la compagnie brésilienne n’était pas en mesure de nous répondre. Selon d’autres sources, Varig ne manque pas de passagers mais d’avions. Ce qui expliquerait le retard de l’ouverture de la liaison entre Sao Paulo et Pékin, prévue en août. Entre Paris et Rio, la compagnie n’opère plus que le vendredi et le dimanche. Une fréquence qui semble bien pâle face à l’offre quotidienne d’Air France qui ne cesse de monter en qualité sur cette ligne. Après avoir passé ses vols en horaire de nuit en juin dernier, Air France va positionner un Boeing 747-400 à partir de son programme hiver qui débutera fin octobre. Une offre certes impressionnante mais ne pouvant concerner qu’une clientèle voulant se rendre à Rio, puisqu’Air France n’a pas pied sur le réseau intérieur brésilien. « C’est vrai qu’Air France ne peut vendre que du Rio sec et que Varig possède un avantage pour les TO ou les groupes qui ont besoin de tronçons intérieurs, mais il ne faut pas oublier qu’il y a sur Rio un peu de trafic affaires et beaucoup de voyages d’incentive ou de congrès que pourra capter Air France avec sa capacité », remarque un observateur. Reste qu’il faudra voir comment va réagir Varig. Soit elle résoud ses problèmes de flotte, soit elle sera obligée de rendre les droits de trafic pour les fréquences inutilisées, après six mois de non-exploitation. Auquel cas, les autorités brésiliennes pourront les attribuer à un autre transporteur brésilien qui pourra les utiliser sur n’importe quelle ligne entre la France et le Brésil. L’hypothèse de Tam, seule autre compagnie brésilienne avec Varig à assurer des vols transatlantiques, revient au centre du débat. D’autant qu’elle va récupérer des Airbus A330 qu’elle avait loués au tout jeune transporteur d’Abou Dhabi Etihad.

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *