Vers une augmentation des surcharges fuel ?

Transport

Des compagnies auraient vu trop juste dans leur hausse.
Les surcharges ne couvriraient pas le prix du carburant.
L’envolée du baril pourrait coûter 12Md$ aux compagnies.
Alors que les compagnies aériennes n’ont pas (encore) toutes introduit une surcharge fuel pour compenser en partie la hausse du prix du kérosène, le risque d’une augmentation de ces suppléments tarifaires est loin d’être exclue. Avec un baril qui a clôturé mardi dernier à plus de 42 dollars à New York et des prévisions d’experts qui tablent sur un baril à $50 à terme, des observateurs en sont convaincus. « Les compagnies qui ont introduit des surcharges de deux ou trois euros par segment ont visé trop juste », explique l’un d’eux. Un avis partagé par Jean-Luc Grillet, directeur France d’Emirates qui souligne que « les taxes ne compensent pas la hausse du prix du carburant ». D’autant que les perspectives d’Iata (association internationale des compagnies aériennes) pour 2004 sont pessimistes. « En moyenne, le carburant représente 16 % des coûts des compagnies aériennes. Le prix du kérosène a augmenté de plus de 55 % en un an. Cela pourrait représenter une facture supplémentaire comprise entre 8 et 12 milliards de dollars en 2004 [NDLR : pour l’ensemble des 270 compagnies membres d’Iata] », explique Giovanni Bisignani, DG de l’association. Et d’ajouter que cela menace les perspectives modestes de retour aux profits. La question du carburant sera au centre des débats de l’assemblée générale d’Iata qui se tiendra les 6 et 8 juin prochain à Singapour où devrait être officialisée la recommandation de vendredi dernier d’augmenter les tarifs Iata. Selon la Tribune de mercredi, cette hausse que chaque compagnie est libre ou pas d’appliquer est de l’ordre de 2 à 5 %. Le prix élevé du pétrole arrive au moment où le trafic passager reprend des couleurs après la terrible année 2003 marquée par la guerre en Irak et l’épidémie de Sras. Sur les quatre premiers mois de 2004, le trafic aérien mondial a progressé de 15,4 % par rapport à la même période de l’année dernière.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *