VIDEO – ADP ouvre la chasse aux drones

Transport

Le Groupe ADP et la filiale de la DGAC, DSNA Services ont mis au point Hologarde, une solution unique de détection de drones à longue distance.

D’abord un constat. En quelques années seulement, le trafic des drones dit de loisir a explosé, notamment au travers de l’utilisation des drones de loisir. En 2016, selon l’Agence Européenne de la Sécurité Aérienne (AESA), ils ont occasionné plus de 1 400 incidents contre seulement 606 entre 2011 et 2015. A cela il faut ajouter la possibilité de transformer les drones en question en engins explosifs, voir en bombes sales.

Le Groupe ADP et DSNA Services, filiale fondée par la DGAC (Direction Générale de l’Aviation Civile), ont donc décidé, dans le cadre d’un partenariat, de mettre en commun leur expertise au travers du projet Hologarde qui vise à co-développer une solution de détection de drone adaptable à tous les sites sensibles. « Dans le cadre de son programme Innovation Hub, le Groupe ADP était déjà à la pointe de l’utilisation et l’expérimentation de drones en milieu complexe comme celui des aéroports. Hologarde nous positionne à l’avant-garde de l’innovation mondiale en matière de dronautique, en combinant l’expertise métier du Groupe ADP et de l’aviation civile française avec l’agilité des start-ups partenaires, dans un secteur estimé à plusieurs milliards d’euros », souligne Edward Arkwright, directeur général exécutif du Groupe ADP.

Intégrant 3 technologies (radar, radiofréquence et vidéo HD) au sein d’un centre de commande unique, Hologarde, installé à titre expérimental sur l’aéroport Paris-Le Bourget durant le salon aéronautique, permet de détecter tous les types de drones à plus de 5 kilomètres. L’avantage d’une distance de détection importante est d’anticiper et d’apporter une réaction proportionnée à la nature de l’intrusion. Une fois détecté, le drone est suivi en temps réel par caméra grâce à un centre de commande disponible sur PC ou tablettes mobiles.

Les partenaire du prijet étudient les modalités d’industrialisation de la solution Hologarde et souhaitent également développer des moyens de contre-mesure compatibles avec l’environnement aéroportuaire.

Dès le mois de juillet, l’expérimentation prendra une nouvelle dimension pour être testée sur le deuxième aéroport européen Paris-Charles de Gaulle pendant plusieurs mois.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *