XL fait le pari de la province

Transport
Laurent magnin
Pour Laurent Magnin, l’avenir de toute une partie du trafic long-courrier se jouera au départ des aéroports régionaux.

XL Airways profite de l’ouverture du salon IFTM Top Resa pour détailler son programme hivernal. Avec 10 ouvertures de lignes, dont 9 entre la province et l’outre-mer, la compagnie confirme son dynamisme et fait du long-courrier au départ des régions un axe majeur de son développement.

Croissance sur les Caraïbes et l’océan Indien

Chez XL Airways, les Caraïbes et l’océan Indien sont à nouveau au cœur de la stratégie, avec le renforcement des fréquences existantes et le développement de nouvelles routes complémentaires :

 

Vers les Antilles : les vols vers Pointe-à-Pitre (Guadeloupe) et Fort-de-France (Martinique) depuis Paris-Charles de Gaulle deviendront annuels à compter du 20 octobre. Des vols saisonniers seront proposés au départ de 7 villes de province (Bordeaux, Brest, Lille, Lyon, Marseille, Nantes et Toulouse).

 

Vers La Réunion : après Paris, Marseille et Lyon, XL Airways reliera toute l’année Toulouse à La Réunion, avec un vol hebdomadaire à compter du 31 octobre.

 

Vers Cuba : la desserte de Cayo Coco, Santa Clara et Varadero est renouvelée et sera complétée par l’ouverture d’une ligne Paris-La Havane, avec un vol hebdomadaire à compter du 21 décembre.

Les USA ne sont pas oubliés

À l’occasion des fêtes de fin d’année, des vols supplémentaires seront par ailleurs proposés entre Paris CDG et New York JFK du 21 décembre au 8 janvier 2018.

 

Tous les vols seront effectués en Airbus A330-200 et -300 monoclasses, équipés du système de divertissement sans fil XL Cloud.

Le pari du long-courrier au départ des aéroports régionaux

En multipliant les départs de province, XL Airways explique tisser un réseau de proximité vers l’outre-mer. « La demande est là. Les premiers engagements le confirment et la performance de nos routes vers La Réunion en témoigne », précise Laurent Magnin, PDG de la compagnie. « Il existe un trafic important à chaque extrémité des lignes, soutenu par le tourisme et la dimension affinitaire. Le mouvement dépasse la France : l’avenir de toute une partie du trafic long-courrier se jouera au départ des aéroports régionaux. Nous souhaitons dès aujourd’hui capter ces flux en commençant par l’outre-mer, les liens entre la métropole et ses territoires frères étant particulièrement forts ».

 

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.

Vos réactions

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *