L’Etat augmente les taxes aériennes pour boucler son propre budget !

Tribune

A partir du 1er janvier 2020, l’augmentation de la taxe de solidarité va être appliquée sur les vols commerciaux y compris la Corse, l’Outre-mer et les vols OSP (obligation de service Public) en France. Pour la Fnam, cette taxe est dévoyée de sa vocation initiale, celui de financer les programmes de santé.

« Aujourd’hui, le transport aérien français est victime d’un habillage politique pour boucler le budget de l’État. La Fnam, qui représente 95% du transport aérien français, souligne une nouvelle fois que l’éco-contribution sur les billets d’avion est en réalité une taxe budgétaire qui prend la forme d’une augmentation de la taxe de solidarité, l’éloignant ainsi de sa vocation initiale : le financement des programmes de santé.

Désormais, l’augmentation de la taxe de solidarité va également financer des moyens de transports concurrents de l’avion. Cette dernière devient la variable d’ajustement du gouvernement pour financer les infrastructures routières et ferroviaires notamment.

Dans l’article 20 du projet de loi de finances 2020 (PLF), les députés ont voté une augmentation de la taxe Chirac dans la limite de 230 millions d’euros au bénéfice de l’AFITF*, l’Agence de financement des infrastructures de transport (principalement la route et le train) en France. Cette augmentation se traduira par une hausse des billets de 1,50 à 3 euros sur les vols en classe économique et de 9 à 18 euros pour les classes affaires. Par ailleurs, le gouvernement vient d’adopter l’Amendement 3002** qui fixe « l’entrée en vigueur de dispositions (réductions de tarifs de la taxe sur les billets d’avion applicables sur certains vols commerciaux : Corse, Outre-mer, OSP-obligation de service public) à une date fixée par arrêté, ne pouvant être postérieure de plus de trois mois à la réponse de la Commission Européenne. »

En attendant la réponse de la Commission Européenne, permettant de considérer ce dispositif comme conforme au droit de l’Union européenne, l’augmentation de la taxe de solidarité sera appliquée aux liaisons entre le continent et la Corse, les collectivités d’Outre-mer, et aux vols OSP en France à partir du 1er janvier 2020.

Par ailleurs, la Fnam rappelle que le poids des taxes et des prélèvements sur les compagnies aériennes est une des causes majeures du manque de compétitivité du pavillon français, qui explique pour partie les faillites successives d’Aigle Azur et d’XL Airways, au mois de septembre 2019 et la perte d’environ 1 500 emplois basés en France. Selon Iata, la France est parmi les pays taxant le plus leur transport aérien en Europe.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *