Suivez-nous grâce à nos newsletters S'inscrire

Croisières

Aucun bateau Festival ne navigue en février

La croisière du Caribe du 31 janvier finalement annulée.
L'Azur ferait figure d'exception avec une reprise le 16.
Les saisies du Mistral et du Vision ont été levées.
Festival Croisières a cessé toute activité.
Les derniers espoirs de la compagnie reposaient sur le Caribe, dernier-né de la flotte, qui a dû finalement faire comme ses aînés et rester à quai samedi dernier à Saint-Domingue. "L'annulation du Caribe est due à la poursuite des négociations qui ont des incidences sur toute la flotte", a fait savoir le siège social génois au bureau de vente français. Conséquence de l'arrêt inattendu (?) et brutal du nouveau navire : la compagnie a pris la précaution d'annuler toutes les croisières jusqu'à la fin du mois de février, exception faite de l'Azur dont la programmation devrait reprendre le 16 au départ de Venise. En revanche, dans son litige qui l'oppose à Alstom, Festival Croisières pourrait apercevoir le bout du tunnel. La compagnie indiquait en effet mardi, par la voix de Laura Gilli, rattachée au siège de la compagnie à Gênes, attendre "une décision définitive des banques jeudi", ajoutant que "de nouveaux investisseurs privés extérieurs, avec lesquels George Poulides (le fondateur de la compagnie) a engagé des contacts confidentiels, doivent faire leur entrée", sans donner de noms. De plus, les jugements de saisie à l'encontre du Mistral et de l'European Vision, respectivement bloqués à Marseille et à la Barbade, ont été levés les 27 et 30 janvier par les tribunaux compétents. "En ce qui concerne l'European Stars, la plainte est toujours en cours et nous devrions connaître son issue prochainement", précise Muriel Austerlitz, directrice marketing. En tout cas, qu'elle soit positive ou négative, la perte est indéniablement élevée pour la compagnie aussi bien au niveau financier qu'en termes d'image et de notoriété.
Le bateau World Renaissance de Royal Olympia Cruises serait immobilisé au Pirée depuis lundi. Nous avons tenté de joindre la compagnie à plusieurs reprises mardi mais n'avions toujours pas d'informations complémentaires au moment de notre bouclage.
Les agences de voyages peuvent risquer gros
Selon la loi du 13 juillet 1992, les agences de voyages peuvent se trouver en porte-à-faux vis-à-vis de leurs clients à la suite de la défaillance de Festival Croisières. En effet, selon Amélia Brault, avocate spécialiste du droit appliqué aux agences de voyages, il est difficile d'évoquer la force majeure même si elle s'apprécie au cas par cas "in concreto" par les juges. Selon le décret du 15 juin 1994 si "le vendeur annule le voyage ou le séjour, il doit informer l'acheteur par lettre recommandée avec accusé de réception". De plus, "l'acheteur, sans préjuger des recours en réparation des dommages éventuellement subis, obtient auprès du vendeur le remboursement immédiat et sans pénalité des sommes versées ; l'acheteur reçoit, dans ce cas, une indemnité au moins égale à la pénalité qu'il aurait supportée si l'annulation était intervenue de son fait à cette date".

Auteur

  • La Rédaction
Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format