Bali: le tourisme prêt à redémarrer

Destination

Le niveau d’alerte du Mont Agung a été réduit du niveau IV au niveau III, samedi 10 février. La zone de danger autour du volcan a été ramenée à 4 km. Le volcan était entré en éruption en septembre 2017.

 

Avec les premiers signes d’activité du mont Agung, en septembre, le tourisme à Bali a été affecté. Davantage en termes de revenus que de nombre d’arrivées. Avec 14,04 millions de touristes étrangers reçus en 2017, en hausse de 21,8% sur un an, l’île indonésienne est passée près de l’objectif de 15 millions de touristes étrangers.

 

En novembre, un regain d’activité a perturbé les vols, l’aéroport Denpasar-Ngurah Rai a fermé deux jours et demi et depuis le tourisme est au ralenti. Les pertes de revenus touristiques sont estimées à 808 millions de dollars (plus de 658 millions d’euros) selon le Jakarta Globe dans son édition du 10 février.

 

Des ministres confiants

Le centre de volcanologie indonésienne, samedi 10 février, a abaissé de 4 à 3 le niveau d’alerte du mont Agung. Le ministre du Tourisme indonésien, Arief Yahya espère que cela va favoriser le retour des touristes. « Tous les réfugiés peuvent retourner chez eux et les activités touristiques sont totalement sécurisées » a-t-il déclaré.

 

Auparavant, le ministre de l’Energie et des Ressources minières, Ignatius Jonan avait précisé que les observations du Mont Agung par le centre de Volcanologie et de Prévention des Risques géologiques montraient le niveau d’activité le plus bas de ces derniers mois. Il a ajouté que le rayon de la zone à risque était ramené à 4 km autour du centre du cratère, contre 6 km auparavant.

 

Quelque 20.000 personnes ayant fui la zone ont trouvé refuge dans 180 sites de l’île de Bali, indique le journal singapourien The Straits. Des centaines de milliers d’autres sont déjà revenus lorsque la zone de danger a été ramenée de 10 km à 6 km début janvier, précise le Jakarta Globe.

Publié par Myriam Abergel

Journaliste – Le Quotidien du Tourisme

Me contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *