La Croatie attire beaucoup les Français sans passer par les pro, ou presque

Destination
Daniela Mihalic Durica, directrice de l'office de tourisme de Croatie en France

La directrice de l’office de tourisme de Croatie, Daniela Mihalic Durica, affiche un large sourire à l’IFTM Top Resa. Et pourtant, ce n’est pas avec les tour-opérateurs que la destination bat des records de fréquentation. Au contraire! Si Dubrovnik, portée par la saga télé d’HBO « Game of Thrones », continue à drainer les foules, la Croatie cherche à étendre sa zone et sa période touristiques.

 

Chez les tour-opérateurs français, nombreux* à programmer la Croatie, c’est la déception. La Croatie est en effet identifiée dans les 5 flops de la saison été 2019 en moyen-courrier. A fin août, le nombre de clients sur  la Croatie est en baisse de 20% sur un an au Seto. Une explication? La Croatie fait partie des destinations en moyen-courrier qui ont la recette unitaire la plus élevée.

 

Une destination chère

A 979€ en moyenne pour un forfait de 8 jours/ 7 nuits en juillet-août, la Croatie fait jeu égal ou presque avec la Grèce (978€ sur le continent, 986€ dans les îles). A comparer avec les 705€ pour une semaine en Tunisie… « Un différentiel de près de 300 euros » a souligné René-Marc Chikli, président du Seto lors de la présentation du baromètre été/ hiver sur le salon IFTM Top Resa.

 

En agences de voyages, en revanche, la tendance pour juillet-août sur la Croatie était à la croissance. Selon le dernier baromètre EDV-Orchestra-Amadeus (publié début juillet), la prévision de progression atteignait +11% en nombre de passagers et +14% en chiffre d’affaires pour les ventes Croatie. Quand Grèce, Espagne, Italie et Portugal sont prévus en baisse, « nous sommes le seul pays d’Europe en croissance dans ce baromètre » souligne Daniela Mihalic Durica. A la neuvième position des pays émetteurs (avec quelque 600.000 touristes sur un total de 3 millions par an), la France reste un marché prioritaire pour le tourisme croate.

 

Une Croatie plus accessible

Pour la directrice de l’OT, ces bons résultats s’expliquent par la multiplication des lignes aériennes entre France et Croatie. 6 nouvelles lignes ont ouvert en 2019 et d’autres sont prévues pour l’été 2020. Au départ de France, les dessertes sont réalisées par Air France, Volotea, Easyjet, Transavia en moins de 2h en vols réguliers toute l’année. « Les vols charter opérés en saison estivale offrent des départs de toutes les grandes métropoles régionales » précise la directrice de l’OT.

 

Etendre la saisonnalité

En Croatie, les Français sont chaque année plus nombreux (592.000 en 2018, déjà 600.000 sur les neuf premiers mois de 2019, soit +8%). Ils passent l’été en balnéaire sur les côtes croates (+13% d’arrivées en nautisme) mais aussi choisissent un court séjour en city break à Dubrovnik (essentiellement), Zagreb ou Split. C’est d’ailleurs tout l’enjeu de l’office de tourisme: arriver à vendre la destination toute l’année -le marché de Noël de Zagreb est mis en avant- et sur tout le territoire. La  Slavonie, région du nord et nord-est, plus rurale et nature commence à peine à émerger quand Dubrovnik concentre l’essentiel du tourisme croate.

 

Archétype du surtourisme avec 2 millions de touristes pour près de 43.000 habitants sur 143 km2, la ville a réglementé cette année le nombre de navires de croisières par jour (deux de 5.000 passagers) et drastiquement réduit celui des vendeurs de souvenirs (-80%). Outre le bijou architectural qu’est cette ville fortifiée du Moyen-Age, Dubrovnik, « perle de l’Adriatique », est aussi le décor naturel de Port-Réal, la cité royale de la série télé « Game of Thrones ».

 

Elargir les zones touristiques

La Croatie veut aussi valoriser ses autres villes et régions. Split commence à séduire davantage, « le nombre de nuitées y a augmenté de 10% cette année » commente Daniela Mihalic Durica. La directrice de l’OT se félicite d’avoir « réussi à faire connaître plus de villes aux Français qui vont partout en Croatie ». Ainsi Zagreb et l’Istrie ont reçu plus de touristes français depuis janvier (respectivement +12% et +10%). La ville de Rijeka désignée capitale culturelle européenne pour 2020 devrait aussi profiter de cette nouvelle exposition.

 

Au-delà des villes, la Croatie met en avant sa nature préservée. Un cadre pour la randonnée avec les chutes d’eau à Plitvice ou Krka, les balades à vélo -« une piste cyclable longe la côte », l’observation des oiseaux.  « Les faibles distances et la bonne qualité des routes permettent d’associer culture et nature » souligne Daniela Mihalic Durica.

Le tourisme représente 25% du PIB de la Croatie.

 

*La Croatie est programmée notamment chez Top of Travel, Promovacances, Voyamar, Travel Europe, TUI et Ôvoyages.

Publié par Myriam Abergel

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *