Touristes tuées au Maroc: peine de mort pour 3 accusés

Destination
Dans le Haut-Atlas, les randonnées vers le mont Toubkal sont prisées des touristes, comme les deux jeunes Scandinaves.

Le procès des suspects dans le meurtre de deux touristes scandinaves à Imlil près de Marrakech vient de s’achever. Le tribunal anti-terroriste à Salé a jugé 24 personnes. Les trois principaux accusés ont été condamnés à mort le 18 juillet. 

 

Le 17 décembre 2018, deux jeunes randonneuses scandinaves avaient été tuées dans le Haut-Atlas marocain, à l’arme blanche dans la région d’Imlil. Leurs assassins avaient diffusé une vidéo de la décapitation et s’étaient réclamé de Daech. 24 hommes étaient jugés depuis le mois de mai pour ce meurtre qualifié d’acte terroriste. Louisa Vesteragen Jespersen (24 ans, danoise) et Maren Ueland (28 ans, norvégienne) campaient dans une région isolée située à environ 70 kilomètres de Marrakech.

 

A l’issue du procès, le 18 juillet, les trois principaux accusés ont été condamnés à mort. Les 21 autres dont un hispano-suisse converti à l’islam ont écopé de peines allant de 5 à 30 ans de prison. Au Maroc, la peine de mort n’est pas abolie. Mais les condamnés à mort ne sont pas exécutés depuis 1993.

 

La zone du Haut-Atlas est indiquée en vigilance normale sur la carte du ministère des Affaires étrangères français. Dans ses Conseils aux Voyageurs, le Quai d’Orsay indique que le tourisme peut se pratiquer sans difficulté au Maroc. Il recommande d’éviter de se déplacer seul dans des lieux isolés ou reculés. Le dernier attentat au Maroc avait éclaté en avril 2011 sur la place Djemaa el-Fna à Marrakech. L’explosion dune bombe dans un café avait causé la mort de 17 personnes, dont des touristes français.

Publié par Myriam Abergel

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *