Vers une ouverture des frontières européennes le 15 juin

Destination
Les trois-quarts des Etats membres se sont positionnés sur la date du 15 juin, dont la France. ©Adobe Stock

La commission européenne appelle les Etats membres à lever les contrôles au sein de l’Union européenne le 15 juin et à l’extérieur des frontières de l’UE à compter du 1er juillet. Une position soutenue par la France.

 

 

La relance touristique pourrait se faire dès cet été au niveau européen et pas seulement domestique. Bruxelles a recommandé, le 11 juin, la levée de toutes les restrictions de voyage au sein de l’Union européenne et de l’espace Schengen au 15 juin, et la réouverture des frontières extérieures de l’UE dès le 1er juillet aux voyageurs des Balkans occidentaux (Albanie, Bosnie-Herzégovine, Kosovo, Monténégro, Macédoine du Nord, Serbie) ; la situation épidémiologique de ces pays étant jugée  « similaire ou meilleure » que celle de l’UE.

 

« La date du 15 juin a fait l’objet d’échanges nourris au sein de l’Europe qui ont abouti à une grande convergence. Les trois-quarts des Etats membres se sont positionnés sur cette date, dont la France », a indiqué Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’Etat en charge du Tourisme, cet après-midi.

 

L’exécutif européen a appelé les Etats membres à se mettre d’accord sur une liste de pays tiers pour lesquels les restrictions seraient aussi levées, en fonction de leur situation sanitaire. « Cette liste sera établie dans les 15 prochains jours et sera définie uniquement en fonction des risques sanitaires », a précisé le secrétaire d’Etat.

Quelques blocages demeurent

 

Si la majorité des pays de l’UE et de l’espace Schengen auront rouvert leurs frontières entre eux au 15 juin, certains pays comme l’Espagne prévoient de le faire plus tard. « Des restrictions demeurent côté espagnol jusqu’à début juillet », a confirmé Jean-Baptiste Lemoyne. La France va, quant à elle, maintenir des restrictions de circulation à sa frontière avec l’Espagne jusqu’au 21 juin, a annoncé jeudi le ministère français de l’Intérieur.

 

Et quid du Royaume-Uni ? « Nous n’imposerons pas de mesure de quatorzaine aux visiteurs sauf si un Etat le fait », comme c’est le cas au Royaume-Uni, a indiqué Jean-Baptiste Lemoyne, qui espère néanmoins « pouvoir accueillir en France des voyageurs britanniques en juillet et août » .

 

Des ponts aériens avec certains pays pourraient être mis en place afin d’éviter aux voyageurs entrant au Royaume-Uni d’observer une quarantaine, redoutée par les professionnels du tourisme.

Publié par Céline Perronnet
Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *