Chez Worldia, on s’organise pendant la grève

Distribution
Erwan Corre, co-fondateur et directeur de la stratégie Worldia.

Impacté comme bon nombre d’entreprises franciliennes par la grève qui sévit dans les transports, le spécialiste du sur-mesure Worldia s’organise. En favorisant notamment le télétravail.

 

« Sur la soixantaine de collaborateurs dans nos bureaux parisiens, plus de la moitié ne peuvent venir à cause des grèves dans les transports en commun » constate Erwan Corre, co-fondateur et directeur de la stratégie Worldia. Dans cette période compliquée, le dirigeant incite d’ailleurs les salariés qui le pourraient à prendre des jours de congés. « Mais attention, préconise l’intéressé, nous ne leur imposons rien. C’est juste une suggestion ».

 

Consciente que « les gens sont dans un bon état d’esprit et font leur maximum », la direction de Worldia fait aussi… son maximum. Ainsi pour la soirée de Noël prévue de longue date le jeudi 19 décembre, elle n’a pas hésité à payer des nuits d’hôtel pour ceux qui ne pouvaient pas rentrer chez eux. « Je voulais que tout le monde puisse vivre ce moment sympa » souligne Erwan Corre.

 

Avec cette grève contre la réforme des retraites qui perdure, la start-up a mis en place une solution de télétravail. En résumé, dans un système de boucle de téléphone en ligne, c’est le premier qui prend l’appel qui traite le dossier. « Peut-être sommes-nous moins efficaces mais on s’en sort » explique  Erwan Corre. Le dirigeant s’appuie aussi sur une statistique affirmant qu’un salarié en télétravail est en moyenne 22% plus productif qu’un salarié au bureau. A ce sujet un rapport d’eWorky concluait que si « le télétravail n’est pas la solution universelle à tous les problèmes de l’entreprise, une pratique substantielle de cette organisation de travail – un tiers du temps de travail et un tiers des salariés – demeure une solution très bénéfique tant pour la compétitivité des entreprises que pour la qualité de vie des salariés ». A méditer !

 

Chez Wordia, on est convaincu que la grève ne va pas impacter la progression de l’entreprise. Objectif, 50% de croissance l’an prochain. « J’ai l’impression que décembre 2019 par rapport à novembre 2019 ne sera pas moins bon que décembre 2018 par rapport novembre 2018 où nous avions à cette époque enregistré 10% de croissance » commente Erwan Corre qui observe par ailleurs des différences de comportement des clients selon les jours de la semaine. « Nous réalisons de bien meilleurs lundi en période de grève. Sans doute les gens ont-ils davantage de temps » remarque le directeur de la stratégie.

 

En conclusion, Erwan Corre ne peut dire si le chiffre d’affaires de Worldia aurait été meilleur en l’absence de grève, mais il demeure convaincu « qu’après chaque mouvement social succède toujours un rebond ». Autrement dit, cet évènement macrosocial n’aura en réalité que des effets microéconomiques. Reste que les hôteliers ne récupéreront pas les nuitées perdues, et que le commerce de proximité souffre énormément à l’approche des fêtes.

Publié par David Savary

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *