Décret « Airbnb » à Paris : enregistrement obligatoire dès décembre

Hébergement

Toute personne désirant louer à Paris son logement en meublé touristique sur une plate-forme numérique type « Airbnb » devra obligatoirement détenir un numéro d’enregistrement à partir de décembre, comme le rend désormais possible la loi, a annoncé jeudi la mairie de Paris.

 

La mesure, qui a toutes les chances d’être votée à l’unanimité la semaine prochaine en Conseil de Paris, sera mise en place par la municipalité dès octobre et obligatoire en décembre, a indiqué devant la presse Bruno Julliard, premier adjoint de la maire PS de Paris, Anne Hidalgo.

Un amendement de la loi République numérique permet désormais aux communes de France de créer un numéro d’enregistrement pour les meublés faisant l’objet d’une location de courte durée, afin de pouvoir vérifier qu’ils n’excèdent pas la durée limite légale de location de 120 jours par an lorsqu’il s’agit de résidences principales.

« Avec ce numéro d’enregistrement, nous pourrons surveiller le nombre de nuits maximales », toutes plates-formes confondues, a précisé Bruno Julliard, car « chaque logement ne peut avoir qu’un seul numéro d’enregistrement ». Il « est très difficile aujourd’hui d’évaluer si la loi est respectée », a-t-il dit.

Paris n’est pas opposé au fait que certains Parisiens « veuillent arrondir leurs fins de mois » pendant leurs vacances, a ajouté l’élu, indiquant que la grande majorité des locations sont de courte durée, mais « ce dispositif doit être régulé » à cause des « abus ».

Publié par la rédaction avec l'AFP
Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.

Vos réactions

  1. Quel est le pays où des élus faisant profession de foi de l’égalité laisse travailler des années des concurrents déloyaux exonéré des contraintes de la loi Hoguet, ne délivrant que quand cela leur chante la taxe de séjour sous la forme d’une aumône qu’il calcule eux-mêmes ? La France des procédures et des pléthores administratives.
    Les députés qui ont posé la question ont vu les administrations répondre officiellement “c’est trop compliqué, de toute façon, ils n’opèrent pas de France.
    Et les tribunaux Européens ?
    Trop sérieux, trop exigeants pour l’administration française.
    Bref, nous assistons à la même molle réaction que lors de la création des premières chambres d’hôtes.
    Cinq ans pour décider ici ou là que les propriétaires devraient se déclarer.
    Dans un pays où constitutionnellement les lois devraient s’appliquer partout pourtr tout le monde !
    Au moment où la plupart des agences de location se sont engagées à ne pas louer des meublés non classés.
    Voilà l’incohérence des élus de tout bord qui pense qu’ils peuvent bricoler dans leur coin… Et avoir une compétence en économie et en tourisme.
    Génial

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *