Et si on allait fêter le Beaujolais nouveau en Chine

Humeur

Le comparateur Kayak profite de l’arrivée du Beaujolais nouveau pour mettre en avant toutes les régions du monde où l’on peut mêler tourisme et dégustation de vin.

 

Il n’y pas que le Chili, la Nouvelle-Zélande, l’Australie, les Etats-Unis ou encore l’Argentine où l’on peut partir à la découverte de vignobles. Les amateurs auraient tendance à  oublier la Chine et c’est bien dommage car, comme le dit Kayak, « la découverte de la viticulture chinoise s’annonce dépaysante ». Au programme, en effet, « un vaste étendard de cépages à découvrir à moins de deux heures de la capitale, notamment dans la province d’Hebei ».

 

De plus, en partant en mars, « les voyageurs pourront aussi s’émerveiller devant un panorama unique avec la Grande Muraille de Chine comme invitée d’honneur en plus d’économiser environ 32 % sur le prix du vol par rapport au mois de juillet où les billets dépassent les 600 euros ». Ce qui fait effectivement un peu cher. A ce tarif-là, un peu partout en France, on peut s’offrir dès jeudi – c’est le troisième de novembre – pas loin de 300 verres de Beaujolais Nouveau. Au 3verre, en plus, il parait qu’on peut très bien s’imaginer marchant sur la muraille de Chine. Au passage, on citera la boutade de tout bon guide chinois qui se respecte : « Ne croyez pas que l’on puisse voir la muraille depuis la lune mais soyez certains qu’on voit la lune depuis la muraille ».

Publié par Laurent Guéna

Rédacteur en chef adjoint - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *