L’e-tourisme, gage de bonne santé de l’e-commerce

i-tourisme

Le dernier baromètre Fevad/Médiatrie* de l’audience du e-commerce, publié jeudi 15 novembre, le confirme à nouveau : internet s’impose comme le lieu incontournable pour faire ses achats de Noël.

Mi-novembre. Un coup d’oeil aux vitrines des magasins suffit pour savoir que la période de l’avent est pour ainsi dire déjà lancée. Les plus prévoyants ont déjà entamé leurs courses, avec la chance de pouvoir encore flâner sans encombre dans les boutiques. D’autres s’y prendront comme chaque année au dernier moment. Et dans cette “course aux jouets contre la montre”, les retardataires sont de plus en plus nombreux. La raison ? Internet.

 

D’après le dernier baromètre présenté par la Fevad et Médiametrie hier, le secteur de l’e-commerce a encore progressé au troisième trimestre 2018, à raison de 15,4% de taux de croissance. On dénombre 861 000 cyberacheteurs de plus que l’an passé. Un chiffre d’autant plus marquant lorsque l’on connaît le contexte de recul de consommation des ménages (-3,4% pour les produits hors alimentaires et automobiles).

 

Amazon, Cdiscount, et autres marketplace, présentes dans le Top 15 des sites d’e-commerce en France, ne se sont jamais aussi bien portées à l’approche des fêtes. Mais la grande surprise de ce classement tient surtout au récent positionnement de Booking.com, qui s’est hissé à la 3e place cette année. L’an dernier à la même époque, la plateforme de réservation d’hébergements se plaçait au 6e rang. D’après la Fevad, la bonne tenue des ventes de tourisme a largement contribué à la croissance de l’e-commerce de manière globale. La progression est maintenue pour l’ensemble des agences de voyages on et off line (+7% sur neuf mois), un point positif après un deuxième trimestre plutôt morose, lié aux grèves de transport et à la Coupe du monde de football.

L’e-achat ancré dans les habitudes des Français

 

Autre aspect : la bonne santé de l’e-commerce ne serait rien sans l’évolution de comportements des consommateurs. Désormais, les achats sur internet se sont presque « ritualisés ». En effet, d’après Marc Olivier, Délégué général de la Fevad, « l’achat sur internet est devenu une habitude pour tous les Français. » Un argument aussi repris par Jamila Yahia-Messaoud, directrice de Département au sein de Médiamétrie, les cyberacheteurs ne dérogent plus à leurs habitudes de e-consommation. « Black Friday et le Cyber Monday, respectivement les 23 et 26 novembre, font désormais partie intégrante de la préparation des fêtes de fin d’année », ajoute-t-elle. Un chiffre corrobore ce constat : 89%. C’est le nombre de cyberacheteurs qui, cette année, envisagent de profiter de ces offres promotionnelles pour leurs cadeaux de Noël.

 

Si acheter sur internet s’est pour beaucoup généralisé, les motivations pour le faire ne sont plus les mêmes qu’aux balbutiements de l’e-commerce. Premièrement, le prix n’est plus le critère numéro 1 qui pousse les acheteurs sur le web. 58% d’entre eux évoquent d’abord la volonté d’éviter la foule en magasin avant Noël. Puis, c’est l’économie des déplacements qui est invoqué pour 54% avant d’arguer la richesse de l’offre sur internet (pour 46% d’entre eux). La constante « prix » n’apparaît enfin qu’en quatrième position des éléments motivant l’achat des cadeaux de Noël sur internet.

 

« Une majorité de Brick and Mortar émergent du Top 15 des sites et applications “e-commerce« , Marc Olivier, Délégué général de la Fevad

 

Ce Noël 2018 sera très certainement placé sous le signe du vert. Parmi les nouvelles tendances à noter dans ce nouveau baromètre 2018, l’apparition de produits issus de l’économie circulaire. 65% des internautes interrogés se disent ainsi prêts à poser un cadeau de type reconditionné, issu du recyclage ou d’occasion, au pied du sapin. Loin derrière les incontournables jouets, produits culturels, vêtements, chaussures et produits high tech, les achats concernant les voyages, séjours et hôtels représentent 11% des intentions d’achats prévus sur internet lors des évènements promotionnels de novembre 2018.

 

« Parmi les enseignes plébiscitées par les cyberconsommateurs, une majorité de Brick and Mortar émergent du Top 15 des sites et applications e-commerce les plus visités en France« , explique Marc Olivier, un constat duquel on peut tirer un enseignement : la convergence ou complémentarité entre offline et online s’impose comme un élément essentiel de l’e-commerce aujourd’hui. Ce classement dans lequel se mélange pureplayers et Brick and Mortar reflète une réalité : les consommateurs sont multi-canaux. Raison de plus de nourrir une vigilance accrue en terme de coordination offline-online.

 

 

*A l’approche des fêtes de fin d’année, Médiamétrie, en partenariat avec la Fevad, a interrogé du 16 au 30 octobre 2018, 3170 internautes de 15 et plus sur leurs intentions d’achat en ligne.

 

 

 

 

 

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *