Femmes du Tourisme à Oman: rencontres de femmes avec voile, et sans

Destination

Vingt-et-une Femmes du Tourisme ont débarqué à Mascate, dans le sultanat d’Oman. Pour leur premier jour, elles découvrent la ville, son hôtellerie, ses atouts culturels. Dans chaque lieu, elles auront échangé avec une ou plusieurs femmes omanaises. L’occasion de voir plusieurs réalités dans la vie active féminine à Oman. Sachant qu’au gouvernement, le secrétaire d’Etat au Tourisme omanais est… une femme, Maitha Al Mahrouqi.

 

 

Arrivée au petit matin à Mascate, la délégation de Femmes du Tourisme est attendue chez Oman Sail. Pas seulement pour une collation dans des  bureaux face à la marina de la capitale omanaise. Une jeune femme habillée à l’occidentale leur explique dans un américain impeccable ce que représente Oman Sail. Veste de tailleur rose et longue chevelure noire sur les épaules, elle est entourée de trois autres jeunes femmes tout en noir, voile noir encadrant le visage. Premier contact avec des Omanaises, l’une d’elles est navigatrice. Une autre jeune femme en vêtements de sport rouges les rejoint. Elle aussi est un marin accompli.

 

Le sport pour elles aussi à Oman

Dans la salle de cours, les vidéos succèdent aux explications. Le sultanat a créé il y a dix ans Oman Sail pour permettre à une équipe omanaise de participer à de grandes compétitions nautiques. Le pays renoue ainsi avec son glorieux passé maritime et offre à son tourisme un vecteur de communication. Oman Sail est aussi un centre d’éducation par le sport. La démarche sur le nautisme a été élargie aux femmes trois ans plus tard, en 2011. Elle est reprise pour la course à pied depuis 7 ans : marathon d’abord, ultra-trail dès l’an dernier.

 

La prochaine édition de l’ultra-trail d’Oman en novembre dans la montagne du Jebel Akhdar, c’est le nouvel objectif de Nadhirah Al Harthy. Mince silhouette beige et tête recouverte d’un voile noir ne laissant strictement apparaître que son visage souriant, Nadhirah a dîné avec les Femmes du Tourisme.

 

Première Omanaise à avoir gravi l’Everest en mai dernier, la fonctionnaire du ministère de l’Education leur a raconté sa préparation et son aventure himalayenne. Son équipe était composée de trois autres femmes portant le hijab comme elle -2 Saoudiennes et 1 Libanaise- et de cinq hommes dont un cameraman. Face à son exploit, les dirigeantes françaises en ont presque oublié l’incroyable décor de l’Al Bustan Palace qui les entourait.

 

L’entrepreunariat et la culture

Plus tôt dans la journée, à l’hôtel Chedi Muscat dont elles ont pu apprécier le design, la piscine et la finesse de la cuisine, les Femmes du Tourisme ont rencontré l’une de leurs homologues. Maha Al Lamki est une chef d’entreprise. Elle dirige trois sociétés qu’elle a créées dans la décoration, la communication et… le tourisme notamment d’aventure.

 

Les cheveux lâchés sur les épaules (depuis son divorce, elle a décidé de ne plus porter le hijab), elle explique et démontre qu’une femme à Oman peut réaliser son rêve. Même si elle reconnaît que pour travailler avec des hommes, il peut être plus simple de déléguer ses instructions à ses équipes dirigeantes… masculines.

 

Dans la sphère publique et en particulier dans les musées, ce sont aussi des femmes qui ont accueilli les Femmes du Tourisme. Que ce soit au Musée national d’Oman ou à l’Opéra, elles ont eu affaire à de jeunes femmes guides. La mise modeste, en abaya noire et la tête couverte d’un voile noir, Nada et Ahlam ont présenté -en français!- les collections du musée. Lors d’un moment d’échange, elles ont raconté leur formation, leur apprentissage de la langue, leurs voyages avec mari et enfants en France.

 

Dans la même tenue sombre, Salwa a, elle, décrit les équipements de l’Opéra, ses sièges et sa scène amovibles, l’amour du sultan pour Mozart et Haydn et l’engouement des Omanais pour des représentations d’artistes arabes contemporains, comme  Balqees lors de la journée de la Femme à Oman.

Publié par Myriam Abergel

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *