L’APST « en avance » sur les engagements plan « Ensemble vers 2020 », de plus en plus d’adhérents

Institutions

A l’occasion de l’assemblée générale de l’APST, qui s’est tenue mardi 16 avril à Paris, Alix Philipon, président de l’association, s’est félicitée d’un bilan flatteur mais sait bien qu’il ne faut pas se reposer sur ses lauriers.

Jamais l’APST ne s’est aussi bien portée en 2018 que lors des quinze dernières années. Alix Philipon, président de l’APST, a eu l’occasion de le dire récemment lors d’une conférence de presse  et l’a répété devant les adhérents. Avec un fonds de garantie consolidé à 23 453 823 euros, l’association peut « répondre positivement aux demandes des pouvoirs publics sur les normes prudentielles ». C’est mieux que ce qui été prévu au moment du lancement du plan « Ensemble vers 2020 ». Ce qui a permis de « ne pas augmenter pour la troisième année consécutive les cotisations 2019 ».

Ces bons résultats permettent aussi de développer la communication vers le grand public. Citons, par exemple, des spots avant la « météo » de France 3, un partenariat avec l’émission de Julien Courbet « Ca peut vous arriver » sur RTL ou encore l’intensification de la communication sur les réseaux sociaux.

Par ailleurs, l’association a passé le cap des dix services gratuits. En 2018, en association avec i-tourisme, l’APST a créé un groupe d’experts auquel les adhérents peuvent désormais poser leurs questions par mail bénéficiant d’un retour sous huit jours.

Alix Philipon s’est aussi réjouie de l’accroissement du nombre d’adhérents grâce, en partie, au retour de ceux qui avaient quitté l’association pour d’autres garants, « il en reste à reconquérir et je suis tenace ».

Enfin, en 2019, une grande enquête sera réalisée pour mesurer les progrès réalisés dans la qualité de l’accueil, de l’écoute et de la disponibilité des permanents envers les adhérents.

En effet, même si tous les feux sont au vert, pas question de se reposer sur ses lauriers. Michèle Laget Herbaut, trésorière de l’APST, rappelle dans le rapport annuel, que « le moral des Français a lourdement reculé à la fin de l’année 2018 » et, principe économique de base, « quand la tête va moins bien, le consommateur ouvre moins le portefeuille ».

Publié par Laurent Guéna

Rédacteur en chef adjoint - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *