TUI France en passe de gagner le combat de la notoriété

Production

Pascal De Izaguirre, président de TUI France, n’a jamais caché volonté de faire en France de TUI une marque  aussi connue et reconnue que Booking ou Tripadvisor. A l’occasion d’une conférence de presse qui s’est tenue à l’Appartement TUI à Paris, il n’a donc pas caché sa satisfaction en révélant des  chiffres de notoriété « extrêmement satisfaisants ».

 

Entre décembre 2017 et juillet 2018, le taux de notoriété spontanée de la marque TUI a été multiplié par 3, il atteint aujourd’hui 16%. Il monte à 40% pour le taux de notoriété assisté. Pour Pascal De Izaguirre, la stratégie digitale a porté ses fruits.  Serge Laurens, directeur marketing, a par exemple cité la page Facebook « Les défis des mordus de Marmara » qui échappe à la marque et qui uniquement porté par les clients, ‘une communication horizontale ». Il a aussi mis en avant la mise en place de newsletters personnalisées avec des offres qui correspondent à celles qu’attendent ceux qui les reçoivent.

TUI.fr, le portail de toutes les marques

A cela, il faut ajouter que va devenir le portail de toutes le portail de toutes les marques, « une migration de tous les sites web vers un site unique ». Un risque calculé dans la mesure « où 75% des réservations effectuées pour Club Lookéa cette année se font sur TUI.fr ». Aujourd’hui, la croissance des ventes sur TUI.fr est à + 20% en moyenne et le groupe se donne « un objectif de 24% dans le mix distribution ». Néanmoins, la distribution traditionnelle reste un axe prioritaire pour Pascal de Izaguirre qui a précisé que même « Amazone s’apprêtait à ouvrir des points de vente physique ». Les agences sont aussi évidemment des vecteurs de communication de la marque. Par exemple, tous les futurs franchisés n’auront d’autres choix que d’ouvrir des agences TUI.

Gagner en notoriété  entraîne des des devoirs et oblige TUI à satisfaire toujours plus des consommateurs qui doivent composer avec une offre pléthorique, « Airbnb vend aujourd’hui des excursions ».  Il faut donc innover, toujours innover.

Travailler avec Easyjet pour plus de flexibilité

TUI, cet hiver, va offrir plus de flexibilité aux vacanciers avec l’offre « Choix Flex ». Comme le dit Pascal de Izaguirre, les compagnies low cost deviennent dominantes sur le moyen-courrier; « Esayjet vient de lancer une base à Nantes ». Double avantage  à travailler avec cette compagnie : offrir de la flexibilité, « des séjours de cinq à 21 nuits » et prendre moins de risques avec TUIfly. Il est d’ailleurs maintenant possible de réserver un vol sec sur la compagnie maison. Reste l’objectif : « proposer à l’agence Leclerc de Rennes ou à celle Selectour de Metz des départs régionaux ».

Une offre sans cesse renouvelée

Innover, c’est aussi proposer de nouvelles destinations. De nouveaux clubs Lookea sont programmés au Zanzibar, Dubaï et au Canada. Par ailleurs, TUI propose une brochure hivernale multi-marques dans laquelle on trouve 20 clubs, 14 séjours et 14 circuits.

Un été satisfaisant

Pascal de Izaguirre s’est dit content de l’été, « malgré des résas affectées par les grèves Air France et la coupe du monde de football ». Les taux de remplissage sont respectivement de 92% et 90% pour les clubs Marmara et Lookea. Pour la première fois, la Grèce passe devant l’Espagne et la Tunisie s’offre une progression de 82% mais il reste « encore beaucoup de chemin à parcourir ». Le coup de coeur ? « Le Monténégro qui reste à l’abri des grands flux touristiques ».

Publié par Laurent Guéna

Rédacteur en chef adjoint - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *