Charters, club francophone, mer Rouge, vallée du Nil… FTI Voyages parie plus que jamais sur l’Egypte

Production

C’est l’Egypte et El Gouna que le groupe FTI a choisi pour organiser cette année sa conférence de presse internationale qui s’est tenue lundi 22 novembre. Pour la première fois, FTI Voyages, la filiale française, était du voyage.

Accompagné par quelques journalistes de la presse professionnelle, Axel Mazerolles, directeur général de FTI Voyages, assistait pour la première fois à la conférence de presse internationale organisée par sa maison mère au Mövenpick Resort situé à El Gouna. Au micro, Dietmar Gunz, président et Ralph Schiller, directeur général de FTI Group se sont évidemment surtout adressés aux nombreux journalistes allemands présents – on y a appris que le tour-opérateur allait lancer la Gambie pour le marché germanique – mais ont eu des mots d’encouragement pour la filiale française en évoquant des « indices positifs ».

Ces indices se traduisent par de bons chiffres portés par l’Egypte. En effet avec 26 000 clients sur l’exercice 2017 / 2018, soit une progression de 190%, FTI Voyages est aujourd’hui le tour-opérateur leader sur la destination. « Et le succès ne se dément pas, se réjouit Axel Mazerolles, qui parle de « très bonnes tendances pour le nouvel exercice ». Apriori, tous les feux sont au vert pour la saison à venir. Par rapport à l’année dernière, le tour-opérateur pourra s’appuyer sur tout nouveau concept de club francophone, FTI Privilège. En Egypte, Axel Mazerolles a jeté son dévolu sur le Labranda Makadi, un établissement d’Hurghada qui bénéficie d’une belle plage de sable. On rappelle le principe : les clients bénéficieront de nombreux services et attentions comme une voiture avec chauffeur pour les amener à l’aéroport, un accès privilégié pour monter dans l’avion, de peignoirs dans la chambre ou encore d’excursions exclusives… Dans quelques semaines, 3500 agence de voyages recevront une plaquette dans laquelle sera décliné le concept. Evidemment, les Français peuvent aussi choisi de séjourner dans l’un des 23 établissements situé à Hurghada. Citons, par exemple, le Labranda Club Paradisio El Gouna, un ancien Club Med de 239 chambres.

Par ailleurs, en plus des charters qui se posent à Hurghada depuis Paris, Bâle-Mulhouse, Lille, Nantes et Lyon, les agences pourront aussi proposer à leurs clients des croisières depuis Louxor grâce à des vols depuis Paris et Bâle-Mulhouse à compter du 21 décembre. « Nous bénéficions de la force du groupe et sommes ainsi en mesure de donner le nom du bateau, explique Axel Mazerolles. D’ici deux ans, nous espérons pouvoir envoyer autant de clients sur la Mer Rouge que sur les croisières sur le Nil et le lac Nasser ». Le groupe FTI fait naviguer quelque 40 bateaux sur le Nil et « quatre ou cinq pourront être réservés pour la France ».

Il faut dans le même temps convaincre les Français que l’Egypte a relevé les défis de la sécurité. Les Allemands en sont convaincus puisqu’ils ont été 1,300 000 million à s’y rendre en 2017, sans doute 200 000 de plus en 2018. Quand on sait que les 276 villages touristiques de la Mer Rouge ne reçoivent qu’en 2000 et 3000 Français par mois, on est en droit de se dire que la marge de progression est énorme, les autorités espérant, par exemple, convaincre les plongeurs de quitter l’Asie du Sud-Est au profit d’Hurghada.

Enfin, FTI Voyages, après l’Egypte, réalise ses meilleures performances en Turquie et aux Caraïbes, « où Cuba devance désormais la République Dominicaine ». Enfin, Axel Mazerolles a aussi affiché ses grandes ambitions sur le Maroc – devenir le premier TO dans les trois ans à venir – où il dispose déjà d’un FTI Privilège, les Dunes d’Or, à Agadir, ex Framissima.

Publié par Laurent Guéna

Rédacteur en chef adjoint - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *