Qui sont les millennials avec enfants qui partent en vacances ?

Tendances
Olivier Savinelli, directeur de clientèle chez Harris Interactive, Elsa Godart, docteur en philosophie et en psychologie, et Sylvain Rabuel, directeur des marchés France, Europe et Afrique du Club Med.

Pour anticiper une société en pleine métamorphose, le Club Med a fait plancher un sondeur, Olivier Savinelli, et une philosophe, Elsa Godart, pour apprécier les attentes en matière de vacances des « millennials » avec enfants.

Pour 48% des millennials parents, les vacances sont une priorité

Olivier Savinelli, directeur de clientèle chez Harris Interactive, a réalisé une étude sur les jeunes familles, notamment les millennials. On apprend qu’en 2020, ils représenteront 16 millions de personnes en France. Ce seront 50% des actifs en 2020 et 25% des CSP+. De plus, dans deux ans, 32% des millennials seront parents.

On apprend aussi qu’aujourd’hui 24% des familles françaises sont de structures monoparentales (+73% depuis 1990), alors qu’elles ne sont encore que 16% chez les millennials.

Olivier Savinelli rappelle également que pour 48% des millennials parents, les vacances sont une priorité, contre 40% pour les parents de 35 et plus. 24% des millennials parents consacrent plus de 2 000 euros par personne à leurs vacances contre 10% chez les 35 ans et plus. Ils partent aussi plus longtemps en vacances (3 semaines environ) et plus souvent (3 fois). En revanche, ils organisent leurs vacances moins longtemps à l’avance : 29% à la dernière minute versus 18% chez les 35 ans et plus.

 

Quant aux critères de choix pour les vacances des millennials, il y a d’abord l’aspect financier (39%), puis la sécurité (38%), le climat (36%), l’expérience insolite (38%) et pouvoir faire des belles photos (26%)… Ce dernier critère correspond à la mode des selfies et d’Instagram précise Olivier Savinelli. Parmi les prestations attendues, les millennials veulent des services personnalisés, du sport et du bien-être. Il y a aussi une forte demande d’activités collectives.

« Un sentiment d’appauvrissement de nos relations à autrui »

Pour sa part, Elsa Godart, docteur en philosophie et en psychologie, explique que nous sommes entrés dans une société de la démesure, du « toujours plus », marquée « par l’hyper-individualisme, l’hyper-consumérisme et l’hyper-virtualité ». Les millennials sont une génération adepte du « moindre effort » et du « tout, tout de suite ». Evidemment, les conséquences sur la famille sont importantes. Il existe aujourd’hui trois types de familles : traditionnelle, monoparentale et recomposée. « Tout ça à un lien majeur avec nos liens à l’autre », poursuit Elsa Godart, « dominés par un sentiment d’appauvrissement de nos relations à autrui ». Du coup, les vacances prennent beaucoup d’importance car « elles deviennent une fragmentation du rythme quotidien ». « On est plus dans l’urgence du temps » dit encore la philosophe qui observe un besoin vital « d’avoir du temps pour soi, de vivre des moments intenses et de se sentir vivant de l’intérieur ».

 

Fort de ces constats, Sylvain Rabuel, directeur des marchés France, Europe et Afrique du Club Med, déplore que « nous ne sommes pas des magiciens, ce n’est pas nous qui allons rendre les vacances de nos clients plus réussies ou plus heureuses juste par nous seuls ». En revanche, il est persuadé d’avoir « la responsabilité de créer les conditions qui doivent rendre possible l’accomplissement de leurs attentes« …

Publié par Nicolas Barbéry

Rédacteur en chef - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *